Critiques Séries : Westworld. Saison 2. Episode 8.

Critiques Séries : Westworld. Saison 2. Episode 8.

Westworld // Saison 2. Episode 8. Kiksuya.


Alors que la saison 2 de Westworld avance, la série continue de faire évoluer ses personnages et prend ici le point de vue d’un « indien ». Pas les amérindiens, mais ces indiens qui débarquent dans les westerns que l’on connait tous. L’épisode prend alors le point de vue de l’un de ces « indiens » afin de donner un regard différent sur le parc et les hôtes. Le fait que cet épisode nous plonge dans l’aventure d’un personnage qui maintenant existe un peu en périphérie de la série mais qui était plus important auparavant. On a déjà vu plusieurs fois Akecheta (incarné par Zach McClarnon) dans la série mais plus comme une sorte de symbole mystifié, dans un endroit différent du parc afin de nous rappeler aussi à quel point certains personnages de Westworld sont présents ici depuis un sacré bout de temps. Pour la première fois depuis le début, Westworld a l’occasion de raconter sa propre histoire, racontant son aventure à la fille de Maeve. Cet épisode est très centré sur l’histoire de Akecheta, et je dois avouer que c’est une excellente nouvelle. La série avait besoin d’un épisode de ce genre là afin de raconter son histoire différemment. Si l’on n’apprend pas grand chose de neuf que l’on ne sait pas déjà, la série donne de la place à un personnage qui était plus une sorte de mythe auparavant. La série exploite alors toute cette aventure afin de relier aussi l’histoire de la saison et donc ce que la série tente de faire à côté.

Westworld a toujours voulu construire son univers en faisant attention à chaque truc qu’elle met en scène et c’est justement cet épisode qui, en sortant du lot, parvient à briller plus que d’autres. La série revient aussi sur les fameux labyrinthe qui sont présents sur les scalpes de la saison 1 et si cette histoire ne nous apprend rien de neuf ici non plus, cela reste intéressant. Notamment car Ford débarque à la fin de cet épisode. Anthony Hopkins a quant à lui pris un peu cette place de mythe dans Westworld alors que son personnage est présent de façon anecdotique mais toujours de façon pertinente. Disons que la série exploite tout cela de façon intelligente. La série revient alors sur un arc narratif de la saison assez fort : celui de la compassion pour le mal que chacun peut causer dans ce monde : Akecheta à sa femme, Maeve à sa fille, Dolores à son père, etc. Tout cela participe à rappeler aussi que les hôtes sont bien plus que des machines, car ils sont dotés d’émotions que l’on ne penserait pas retrouver chez des androïdes. Finalement, Westworld sait briller dans sa façon de présenter son univers et ses personnages et je dois avouer que j’ai hâte de voir la suite alors que la saison reste finalement bien trop courte pour toutes les thématiques que la série veut exploiter.

Note : 10/10. En bref, une escalade émotionnelle riche et passionnante.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article