Deception (Saison 1, 13 épisodes) : Cameron Black, l’illusionniste

Deception (Saison 1, 13 épisodes) : Cameron Black, l’illusionniste


Alors que la série débarque sur TF1 en France sous le nom Cameron Black l’illusionniste, permettez moi de revenir sur la première saison de cette série s’inspirant d’une formule qui de nos jours est un peu usée. Oui, l’originalité ici est que le héros est un illusionniste qui vient aider la police à résoudre des affaires. La série est absurde, difficile à croire dans tout ce qu’elle tente de nous raconter mais finalement, derrière cette légèreté ambiante se cache une petite série policière qui se laisse regarder sans trop de déplaisir. Disons que l’une des réussites de Deception c’est clairement son héros qui est tout de suite charismatique. Cette sympathie que la série vient alors nous inspirer une envie de revenir. Oui, les intrigues policières sont réglées comme du papier à musique et résolue de façon assez peu croyable. Le but de chaque épisode est assez simple et repose sur une mécanique qui n’est pas sans rappeler les séries estivales de USA Network (notamment White Collar), donc trouver un tour de passe-passe inspiré d’illusions dans le but d’attraper le méchant est une très bonne nouvelle. Les tours de magie ne sont pas tous surprenants et certains épisodes sont beaucoup moins bons que d’autres mais globalement, la série parvient à nous offrir suffisamment de bons moments, notamment grâce à Cameron, ce qui permet de nous faire passer un bon moment.

Quand on regarde le pitch de Deception, on peut se dire que le fait qu’un magicien vienne en aide au FBI est assez absurde mais finalement, même si c’est idiot, cela ne veut pas pour autant dire que c’est complètement raté non plus. Avec la bonne énergie de chacun des personnages, Deception ne s’en sort pas trop mal. Notamment car le divertissement roule comme du papier à musique avec toujours un petit twist qui tente de faire l’effet escompté à la fin d’un épisode. Mais pour l’originalité il faudra tout de même repasser car la structure des épisodes n’est pas sans rappeler les séries des années 2000 dans ce qu’il y a de décevant mais aussi de plus sympathique. Ce savoureux mélange nous offre pas mal de bons moments, malgré quelques retournements de situation ultra prévisibles qui ne permettent pas toujours de nous donner envie de nous engager dans les aventures de ces personnages. Côté casting, Jack Cutmore-Scott ne s’en sort pas trop mal. Sa gueule d’ange inspire quelque chose de sympathique dans l’esprit du téléspectateur que je suis. L’alchimie qui se créée avec Ilfenesh Hadera est plutôt agréable à suivre et là aussi permet de passer d’épisodes en épisodes sans trop de difficultés. Bien entendu, le casting n’est pas celui d’une série comme Castle ou The Mentalist, mais il fait l’effet escompté et c’est déjà pas mal.

Les histoires de fond et les enquêtes sont résolues de la même façon avec une structure répétée d’épisodes en épisodes. Si chaque épisode tente de créer une dynamique plus originale que le précédent, cela ne veut pas pour autant dire que Deception est brillante non plus. Mais Deception saura probablement séduire les téléspectateurs de TF1 en pleine période estivale car la série colle parfaitement à ce que l’on peut attendre de cette époque de l’année. Les illusions sont différentes à chaque fois et le concept, bien que vieillot sur les bords, reste assez rafraichissant dans le fond car après le mentaliste, l’écrivain et autres experts incongrus, l’illusionniste est probablement l’idée la plus originale qu’un scénariste pouvait avoir pour ce genre de séries. Mais une fois la saison 1 terminée, on se dit que finalement ce n’est pas bien grave que ABC n’ait pas renouvelé la série pour une saison 2 car le concept a beau être efficace au début, il peut rapidement devenir irritant. Pourquoi ? Tout simplement car la série se répète encore et encore dans sa façon d’organiser les cas de la semaine (on a toujours l’introduction, la recherche d’indices et l’illusion finale, le coup de téléphone ou le parloir avec le frère de Cameron, et bien d’autres trucs de ce genre là). Finalement, si vous avez envie de passer un bon moment cet été devant une série policière, Deception est faite pour vous sinon passez votre chemin.  

Note : 5.5/10. En bref, rien de brillant et cela peut rapidement lasser mais la série est divertissante et c’est tout ce qu’on lui demande.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

Motteron sylvie 23/08/2018 12:53

le épisode de Camerone black est très bien ;on attendre et impatient ,que les autre épisode est que arrête pas la épisode ,la dame mystère ma pas garnie est que son Fère est toujours en prison le suspems