Critique Ciné : Hérédité (2018)

Critique Ciné : Hérédité (2018)

Hérédité // De Ari Aster. Avec Toni Collette, Gabriel Byrne et Alex Wolff.


Ce qu’il y a de fascinant avec le genre horrifique c’est qu’il inclut tellement de choses et surtout des sensations différentes pour le spectateur. Ari Aster, dont Hérédité est le premier long métrage, dévoile ici un film à mi chemin entre le drame familial et le film surnaturel d’horreur de façon plutôt brillante. Disons que le scénario est riche, ce qui permet de ne jamais s’ennuyer face à ce que le film tente de nous raconter. Il y a toujours quelque chose dans un recoin qui vient changer la donne et je trouve cela assez fascinant. Tout cela est comblé par une mise en scène bien pensée qui utilise chaque plan pour raconter quelque chose au delà des dialogues, sans oublier des effets de style horrifiques qui ont de quoi nous faire sursauter dans notre fauteuil. Il est impossible de ne pas penser à William Friedkin face à ce film, le réalisateur de L’exorciste (1973) avec un peu d’autres éléments, plus proche du cinéma de M. Night Shyamalan quand ce dernier tombe dans le surnaturel très psychologique (Sixième Sens ?). Je reste indulgent sur certains points car pour un premier film, il était difficile d’être aussi bon dans la plupart des domaines qui forgent le caractère fascinant d’un tel film.

Lorsque Ellen, matriarche de la famille Graham, décède, sa famille découvre des secrets de plus en plus terrifiants sur sa lignée. Une hérédité sinistre à laquelle il semble impossible d’échapper.

Il faut dire que Ari Aster n’a pas chaumé. Ce dernier s’est entouré de Toni Collette (United States of Tara). Cette dernière brille du début à la fin du film dans le rôle de cette mère de famille complètement perdue, fascinante par la façon dont le film évolue et dont les personnages qui l’entoure vont eux aussi changer. Notamment la petite Charlie. Dès le début, le film veut nous plonger dans un monde assez effrayant. La scène où la petite Charlie coupe au ciseau la tête de ce pauvre pigeon nous permet de donner le ton et surtout de démontrer que Hérédité n’a vraiment pas encore tout montré de ses capacités. Les influences d’Ari Aster planent au dessus de ce film, allant donc de Frieklin à Shyamalan, en passant par Polanski (pour Rosemary’s Baby) ou Nicolas Roeg (Ne vous retournez pas - et justement ce dernier pourrait ressembler un peu à une version old school d’Hérédité -). Finalement, Hérédité est un joli film, qui brille par sa capacité à nous prendre de court constamment et à nous embarquer dans une aventure surprenante qui change de ce que l’on a pour habitude de voir dans le monde de l’horreur.

Note : 9/10. En bref, une belle réussite.

Date de sortie : 13 juin 2018

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article