Critique Ciné : Les Vieux Fourneaux (2018)

Critique Ciné : Les Vieux Fourneaux (2018)

Les Vieux Fourneaux // De Christophe Duthuron. Avec Pierre Richard, Eddy Mitchell et Roland Giraud.


Une bande de vieux « fourneaux » se retrouvent des années après pour sauver l’un des leurs. Mais Les Vieux Fourneaux c’est avant tout une bande dessinée à succès dont l’adaptation est ici un brin décevante à mon goût. Derrière ses allures de téléfilm français destiné à TF1, le film a bien du mal à surprendre et ce malgré quelques bonnes répliques ici et là qui permettent de décrocher une petite risette dans un coin de scénario. Mais c’est avant tout Pierre Richard (84 ans !) qui est le plus surprenant et surtout lui qui donne un vrai rythme à ce film pendant que les deux bougres d’à côté n’arrivent pas à nous faire passer un bon moment. On peut alors être déçu par la façon dont l’histoire se met en place et traine en longueur. On ne va pas tout de suite dans le vif du sujet et l’on perd donc probablement des passages plus intéressants. Comme lors de ce road-trip qui finalement préfère se concentrer sur le pipi de Sophie plus que sur les bonnes blagues que le film aurait pu créer là dessus. Une fois que l’histoire se met en place, tout s’achève plus ou moins en eau de boudin, sans qu’il n’y ait vraiment d’agréables surprises.

Pierrot, Mimile et Antoine, trois amis d’enfance de 70 balais, ont bien compris que vieillir était le seul moyen connu de ne pas mourir et ils sont bien déterminés à le faire avec style ! Leurs retrouvailles à l’occasion des obsèques de Lucette, la femme d’Antoine, sont de courte durée … Antoine tombe par hasard sur une lettre qui lui fait perdre la tête. Sans fournir aucune explication à ses amis, il part sur les chapeaux de roue depuis leur Tarn natal vers la Toscane. Pierrot, Mimile et Sophie, la petite fille d’Antoine enceinte jusqu’aux dents, se lancent alors à sa poursuite pour l’empêcher de commettre un crime passionnel… 50 ans plus tard !

J’ai beau aimé le cinéma français, je trouve que le film de Christophe Duthuron est tout ce qu’il y a de plus fainéant et c’est bel et bien le problème. Ce dernier n’aide pas son film et le flingue de tout un tas de plans inutiles qui viennent alors combler le vide du scénario. Malgré un casting qui tente de donner du meilleur de lui-même, rien ne décolle véritablement et du coup le scénario minimaliste se ressent et c’est bel et bien le problème. Pour autant, Les Vieux Fourneaux est fidèle à la bande dessinée et cette adaptation démontre que finalement certaines choses sont mieux quand elles restent sur le papier et qu’elles ne sont pas transposées sur le grand écran. Notamment car les situations comiques sont à la peine et surtout bien trop peu présentes pour réellement nous engager. Car en dehors de la scène de l’autoroute sur la génération carte vermeille qui aurait détruit la planète pour nous, Pierre Richard en rebelle pas si rebelle en Italie, etc. Je ne retiens que très peu de choses finalement de cette aventure qui à la longue m’a semblé durer un peu trop longtemps. Je me demande si au fond Les Vieux Fourneaux n’aurait pas dû être un moyen métrage plus qu’un long.

Note : 3.5/10. En bref, tout n’est pas à jeter mais rien n’est vraiment à gagner non plus.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article