Critique Ciné : Shock and Awe (2018)

Critique Ciné : Shock and Awe (2018)

Shock and Awe // De Rob Reiner. Avec Woody Harrelson, James Marsden et Rob Reiner.


Après son film sur Lyndon Baines Johnson l’an dernier, Rob Reiner continue avec les films politiques mais cette fois-ci, c’est sur la guerre en Irak et d’un point de vue des journalistes que le réalisateur décide de nous conduire. L’idée de faire un film sur ces journalistes qui n’ont pas été très convaincus par les dires de George W. Bush est intéressant mais malheureusement, comme la plupart des films de Rob Reiner, il n’y a rien d’exceptionnel à en ressortir pour autant. Plus connu pour son adaptation brillante de Misery avec Kathy Bates ou encore le culte Quand Harry rencontre Sally, Rob Reiner ne brille pas vraiment avec cette sorte de film inspiré de faits réels qui n’a aucun intérêt. Sur un scénario de Joey Hartstone (qui a écrit son précédent film mais surtout des épisodes de The Good Fight), Shock and Awe a du mal à dérouler un récit intelligent et passionnant. L’histoire de départ aurait sûrement donné quelque chose de différent avec d’autres réalisateurs et un scénario plus soigné, mais Shock and Awe se contente des grandes lignes sans jamais vraiment aller beaucoup plus loin

Retour sur l'enquête d'une équipe de journalistes qui a levé le voile sur la fragilité des raisons qui ont conduit les Etats-Unis à déclarer la guerre à l'Irak en 2003.

De plus, si le film est inspiré de faits réels, il n’est pas inspiré des articles de ces fameux journalistes. Du coup, Shock and Awe prend quelques libertés avec l’histoire afin d’en faire une fiction un peu plus dense et donc un brin plus palpitante. Sauf que ce n’est pas vraiment le problème ici, c’est plutôt le fait que le réalisateur n’a pas vraiment évolué depuis les années 90 et se contente donc de faire ce qu’il sait faire sans véritablement changer de dynamique. Et cette mise en scène datée devient rapidement ennuyeuse donnant l’impression de voir un téléfilm Lifetime. Pour autant, le scénario est dense et tente alors d’être au mieux documenté. Les images d’archives qui entrecoupent le film proposent alors quelque chose d’un peu neuf. Le film tente alors aussi de proclamer l’importance du journalisme factuel, sauf que dans toutes ses tentatives, Shock and Awe a énormément de mal à surprendre. Pourtant, le casting est solide, de Woody Harrelson pour qui j’ai beaucoup d’affection à Tommy Lee Jones (!). Mais aucun de tous ces acteurs n’arrive à faire du film quelque chose de bien mieux. Dans le genre journalistique, on retiendra donc surtout Spotlight il y a quelques années qui avait réussi à briller dans le domaine ou (et surtout) plus récemment The Post de Steven Spielberg.

Note : 4/10. En bref, un film dispensable.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article