Critique Ciné : The Row (2018)

Critique Ciné : The Row (2018)

The Row // De Matty Beckerman. Avec Lala Kent, Randy Couture et Colin Eggelsfield.


C’est l’été et je me suis dit qu’un petit téléfilm de serial killer sur un campus ce pourrait être l’occasion de se replonger dans mes années Scream. Malheur ! Malgré la présence de Randy Couture, un grand fana de téléfilms de seconde zone et du très mignon Colin Eggelsfield (vu dans Rizzoli & Isles notamment), il n’y a vraiment rien à sauver de ce truc qui au final ne raconte rien de percutant et sera le genre de films que j’aurais déjà envie d’oublier dans quelques heures. Pourtant, le pitch de départ me donnait envie et me rappelait tous ces films d’horreur se déroulant sur des campus ou dans des petites villes avec des adolescent(e)s en panique car un tueur rode dans les parages. Les jump scares sont ici très artificiels et manquent cruellement d’intérêt. Matty Beckerman (Alien Abduction) n’est pas un réalisateur chevronné et nous offre donc ici un truc sacrément ridicule qui manque de surprises et se repose alors sur des visuels très numériques. Les effets de style n’ont pas de surprises en réserve, ce qui est forcément problématique quand on a envie d’être surpris. Sarah Scougal (Albion, Identity) n’est pas non plus la scénariste de rêve pour ce genre d’histoires mais l’on a toujours le moyen d’être surpris. Mais pas vraiment ici, alors que tout s’enchaîne sans aucune passion. On a l’impression que le script évolue de manière robotique et c’est bien ça le problème.

Une jeune étudiante découvre un sombre secret sur la sororité dans laquelle elle postule après qu’une série de meurtres vienne terroriser le campus.

L’autre problème de The Row c’est finalement son casting. Tous les membres du casting sont là mais ne nous offrent rien de bien exceptionnel. Avec une utilisation obsessionnelle de la shaky cam comme astuce de mise en scène périmée et des intrigues à dormir debout, The Row ne sait jamais surprendre un spectateur qui comme moi aurait envie d’être surpris ou en tout cas de vibrer suffisamment pour que l’on mérite un tel traitement. Le genre de slasher a énormément de mal à se renouveler et c’est bel et bien ça le problème. J’avais envie de voir d’autres choses et surtout de m’amuser mais l’intrigue ne donne jamais vraiment rien ou en tout cas le déroulé est sacrément ennuyeux avec quelques surprises de temps en temps que l’on a vu venir des kilomètres avant. La mise en scène est particulièrement pauvre (surtout les scènes de meurtres) et finalement, quand on terminé ce truc, on se rend compte qu’une bonne idée de départ ne fait pas toujours un bon film au final. Surtout quand tout ce qui enrobe cette idée n’a aucun intérêt. Je vous dirais donc de passer votre chemin, The Row ne mérite pas que vous perdiez votre temps comme moi je l’ai fait…  

Note : 0/10. En bref, un zéro pointé.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article