Critiques Séries : American Horror Story : Apocalypse. Saison 8. Episode 1.

Critiques Séries : American Horror Story : Apocalypse. Saison 8. Episode 1.

American Horror Story : Apocalypse // Saison 8. Episode 1. The End.


C’est la fin du monde dans American Horror Story : Apocalypse et tout le monde ne va pas survivre.

« The End ? »
« No, the beginning »

Donc, ce n’est pas la fin du monde mais bel et bien le début d’un tout nouveau monde. J’aime bien la façon dont Ryan Murphy réagit depuis qu’il est papa et ce qu’il écrit dans ses séries afin de dépeindre ses peurs. Dans ce premier épisode, Venable fait un petit speech au milieu de l’épisode sur le fait que la technologie et les réseaux sociaux ont tué notre monde. Nous sommes au début à Los Angeles et une attaque se prépare. Tout le monde doit maintenant évacuer la ville mais ce ne sera pas facile. Si le plus grande peur que l’être humain peut avoir est son extinction, je dirais que ce qui se passe dans ce bâtiment l’est tout autant. L’une des plus grandes fascinations que j’ai dans American Horror Story ce sont les intrigues qui se déroulent à huis clos. Ce sont d’ailleurs les meilleures saisons de la série qui ne sortent pas d’un lieu fermé : Murder House, Hotel ou encore Asylum. Ce sont mes trois saisons préférées de la série mais pour le moment, Apocalypse a énormément de travail à faire pour entrer dans ce panthéon. L’une des erreurs pour le moment c’est de ne pas donner l’impression que la saison sera réellement liée à Murder House et Coven.

« Stu is the stew »

Mais American Horror Story : Apocalypse sait nous réserver quelques bons moments. Notamment avec ce petit repas cannibale à la fin du premier épisode qui nous embarque dans une aventure qui colle parfaitement à ce que l’on peut attendre de la part de la série de Ryan Murphy et Brad Falchuk. Il n’y a cependant pas suffisamment de références à l’univers de Murder House et/ou de Coven pour le moment donc je me demande vraiment ce que la série compte faire par la suite. Les divers personnages sont pour le moment sympathiques et donnent envie de les suivre. J’adore la grand mère incarnée par Joan Collins. Elle est le meilleur personnage de la série alors que chacune de ses histoires apportent un vrai petit truc en plus. L’une des rares intrigues de cet épisode nous révèle que Ms Venebal et Miriam Dead ne travaillent pas vraiment sur les ordres de The Collective. C’est donc le premier twist de American Horror Story : Apocalypse et j’espère que cela va évoluer intelligemment très rapidement. Finalement, je serais là pour la suite comme chaque année je l’ai été avec la série, mais il va falloir que le second épisode soit une accroche un brin plus intéressante que cela ne semble l’être pour le moment.

Note : 5/10. En bref, la série doit encore faire des efforts mais la saison a un certain potentiel et notamment celui de se dérouler en huis clos, un genre qui a toujours fait le succès de la série au fil des années.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

Oui 14/09/2018 06:03

Apocalypse veut dire révélation , pas destruction.