Critiques Séries : The Deuce. Saison 2. Episode 2.

Critiques Séries : The Deuce. Saison 2. Episode 2.

The Deuce // Saison 2. Episode 2. There’s An Art to This.


Les choses changent dans The Deuce et peut-être mêrme plus rapidement que je n’aurais pu l’imaginer. Certes, le bon dans le temps permet ce genre de changements mais c’est un peu plus que ça. Du moment que l’on voit Brenda Peterson, on sent quelque chose a changé. Elle a bien trop d’assurance en elle, ce qui implique très rapidement quelque chose de différent. Elle ne travaillera pas pour Larry, et elle ne fera pas l’amour devant la caméra, etc. Dans « Our Raison d’être », l’épisode précédent, on a vu The Deuce faire un peu comme un vieille ami qui revient en ville pour le week-end. Tout avait changé, notamment car l’époque a évolué et que la politique a permis aussi de libérer un peu plus le marché. Mais c’est aussi les femmes qui prennent plus de place et d’assurance en ce qu’elles vivent et ce qu’elles veulent pour leur futur. Comme dans l’épisode précédent, The Deuce utilise ici Vincent Martino comme une sorte d’oeil qui vient regarder tous les petits changements qui ont été opérés entre la fin de la saison précédente et le début de celle-ci. Il découvre qu’il n’est pas indispensable (et surtout il y en a deux comme lui…) mais James Franco continue d’être un acteur parfait pour une telle série. Il se donne à fond dans son rôle et donne le ton très rapidement.

Abby de son côté continue son évolution et là aussi la série compte bien nous surprendre. J’aime bien les interactions qu’elle peut avoir avec les autres personnages car c’est un personnage fort avec un caractère qui s’impose. Elle survole assez souvent tout le monde et apparaît comme le meilleur personnage pour moi. Il faut dire que Maggie Gyllenhaal se donne à fond et qu’elle n’a de cesse de m’impressionner. Si je trouve dommage qu’elle ne soit pas (encore) récompensée pour sa prestation dans la série avec une petite statuette des Emmy Awards, je me dis que cela va arriver à un moment donné et j’ai hâte de voir la suite. Vinnie et Abby ont une alchimie que tous les autres personnages de The Deuce n’ont pas, ou en tout cas la série ne sait pas comment recréer cela. Mais cet épisode utilise une fois de plus cette alchimie afin de nous attacher un peu plus au récit et à ce que la série compte nous raconter d’un peu plus sérieux. Il n’y a rien de mauvais dans The Deuce, toujours autant de belles scènes et de belles surprises sur une industrie en pleine mutation et sur l’évolution des moeurs quant au sexe. Car c’est bel et bien le sujet de cette saison, le vrai changement des moeurs américaines.

Note : 9/10. En bref, les visages changent et les personnages font face au changement dans cette nouvelle aventure de The Deuce.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article