Critique Ciné : Les Déguns (2018)

Critique Ciné : Les Déguns (2018)

Les Déguns // De Cyrille Droux et Claude Zidi Jr. Avec Karim Jebli, Nordine Salhi et Joseph Malerba.


Je connais Les Déguns de loin. De très loin. Mais dans un concours de circonstances, je me retrouve à aller au cinéma et pas seul. Du coup, voilà que je suis dans la salle pour regarder Les Déguns. Outre la bande originale dont j’écoute régulièrement certains titres (je suis fan de YL et Soolking) mais quel calvaire que de regarder un tel film. Tout est en roue libre, il ne se passe rien, et le film se repose alors sur des « guests » affligeants. Je pense que l’une des pires apparitions de ce film c’est Cyril Hanouna, renommé au générique de son surnom Baba, qui incarne un commissaire priseur ridicule. C’est dommage de faire de Marseille un étale d’humour raté alors qu’il y a largement de quoi faire dans la cité phocéenne et que l’humour n’a pas besoin d’être aussi attardé. Car c’est clairement ce que sont Karim et Nono, deux attardés. Karim Jebli et Nordine Salhi ont beau avoir envie de faire quelque chose, on ne peut pas forcément faire un film de sketchs que l’on a vu sur Youtube et qui cartonnent. Je ne sais pas si c’est parce que je suis lyonnais, mais l’humour est difficile à cerner et outre une blague scatophile qui fonctionne (et fait rire tout le monde) et Cosmopolitanie de Soprano qui fait chanter tout le monde, ce fût le silence total dans la salle du début à la fin du film.

Après 4 saisons d’immense succès sur Youtube, les Déguns arrivent au cinéma. Nono et Karim, deux vrais « déguns » des quartiers de Marseille, se retrouvent enfermés dans un camp de redressement militaire suite à un cambriolage. Réussissant à s’évader, ils vont sillonner les routes de France pour rejoindre la copine de Karim à Saint-Tropez. Leur périple sera fait de rencontres plus improbables les unes que les autres...

On ne peut pas rire de tout et encore moins faire des films de tout. Certaines choses devraient rester là où elles sont et c’est clairement le cas pour Les Déguns. Les personnages sont tous très mal développés et c’est là que l’on regrette les productions Besson tournées à Marseille qui pour le coup avaient plus de quoi nous faire rire que ce film (qui n’en est pas vraiment un). Quant à la mise en scène, elle est inexistante et le film se contente d’empiler les sketchs dans tous les sens sans donner l’impression qu’ils recherchent quelque chose. On a aussi droit à la carte postale de St Tropez que cela soit pour voir le café Sénéquier ou le casino Barrière. Sauf que je ne suis pas venu voir ce film pour faire du tourisme mais bel et bien pour que l’on me raconte une histoire un peu originale qui a de quoi nous offrir un peu de plaisir. Finalement, après une heure et demie de film épouvantable je me suis dit que je ne pourrais pas tomber plus bas. Je vais me cantonner à la bande originale qui a plus de choses sympathiques à nous offrir avec les artistes marseillais que le film en lui-même.

Note : 0/10. En bref, rien mais rien ne fonctionne. C’est scatophile comme l’un des personnages, ennuyeux comme le mistral et inutile comme les deux héros.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

machine fabrication parpaing occasion 03/10/2018 10:48

merci pour la post