Critiques Séries : Pine Gap. Saison 1. Pilot (Australie)

Critiques Séries : Pine Gap. Saison 1. Pilot (Australie)

Pine Gap // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Créée par Greg Haddrick (Janet King) et Felicity Packard (Wolf Creek), Pine Gap est la nouvelle série de ABC TV nous plongeant dans les aventures de cette station de renseignement conjointe avec les Etats-Unis située au milieu de l’Australie. Comme bien d’autres séries australiennes, Pine Gap n’est pas forcément à la hauteur alors que le concept semblait excitant au premier abord. Co-produite avec Netflix, Pine Gap est bien moins une série d’espionnage plutôt qu’une façon de soigner l’insomnie. Ce premier épisode m’a énormément ennuyé et plutôt que de mettre en scène tous ces décors stériles qui n’offrent rien d’ambitieux, je pense que la série aurait dû se concentrer sur les intrigues et peut-être nous donner un peu plus envie de suivre l’aventure que vit ces personnages. Pourtant, la série a eu un consultant de taille sur la série, David Rosenberg, un ancien employé de Pine Gap qui a travaillé sur la base durant 18 ans. Sauf qu’il a dû s’ennuyer lui-même alors que justement il aurait été intéressant de faire les choses autrement. Ce premier épisode s’avère un peu trop soporifique pour savoir comment nous intéresser et donner envie de poursuivre l’aventure au delà. Pourtant, le point de départ de cette série avait tellement de potentiel, mais à chaque fois que les relations entre les personnages prennent le dessus sur les cas traités on s’ennuie. Aucun de ces employés n’a un vrai intérêt car ils ne sont jamais confrontés à quelque chose de réellement captivant.

Les employés australiens et américains de Pine Gap, immense base de renseignement conjointe basée en Australie, jonglent entre les tensions et les amitiés au sein du bureau

Pine Gap aurait pu creuser aussi la relation entre les Etats-Unis et l’Australie car c’est ce que Pine Gap représente. Les personnages les plus importants sont frustrés par leur travail et frustrant pour le téléspectateur. A commencer par Gus qui est tellement frustré par son boulot qu’il en devient irritant à l’écran. Et Jasmina, une analyste qui est entré dans l’intelligence car le monde est dangereux et qu’elle a envie d’apporter sa pierre à l’édifice. Mais est-ce vraiment ce que l’on attend d’une telle série ? Non. Car le côté espionnage ennuie. Il n’y a rien de palpitant et cet épisode traite justement la partie la plus intéressante comme un truc inutile qui n’apporte rien de neuf. Le casting est aussi déprimé que Pine Gap est déprimante. On a l’impression que chacun de ces personnages est alors au bord du gouffre, prêt à se suicider sauf que je n’ai pas envie de regarder une série qui va me donner envie de sauter par la fenêtre. Pourtant, visuellement il y a des décors étonnants de par l’utilisation du désert australien mais rien de tous ces décors n’apporte grand chose. Les bases d’espionnage sont donc des lieux particulièrement ennuyeux. Je ne m’y attendais pas mais on devient très rapidement claustrophobe mais sans qu’il n’y ait véritablement de tension qui se créé.

Note : 3/10. En bref, d’un profond ennui.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

Kim 09/12/2018 04:43

Quand on lit votre article et que l'on vient juste de finir la série; on saisit que vous ne l'avez pas regardé.

A tous ceux qui liront cette article, prenez les éléments de critique de cet auteur et inversé son analyse pour avoir une bonne vision de la série.