The Flash (Saisons 5, épisodes 4 à 6) : retour à la case départ

The Flash (Saisons 5, épisodes 4 à 6) : retour à la case départ

The Flash a chaque fois de bonnes idées et puis elle retombe dans ses travers. Cela fait maintenant près de trois ans que la série tombe dans des pièges qui deviennent à la longue énervants. Tout commence avec « News Flash » dans lequel la série décide de nous plonger dans une aventure encore une fois différente mais dont l’inspiration vient cruellement à manquer. Certes, il y a tout que j’aime dans The Flash, mais l’épisode en lui-même ne laisse aucune souvenir impérissable et c’est là le problème. Sans parler de la petite partie de baseball qui n’a aucun intérêt et tente juste de créer un sentiment de synergie supplémentaire entre les personnages. Tout cela permet d’introduire le vilain de la semaine, Spencer Young. Il a une application appelée Spin Zone qui donne des infos avant qu’elles n’arrivent. « News Flash » est alors une sorte d’allégorie sur les fake news, un sujet qui semble passionner les américains. Mais l’épisode ne creuse pas du tout sa métaphore et se contente alors de brosser le portrait d’un vilain en surface sans réellement aller au fond du problème. C’est dommage car derrière le côté léger et fun de The Flash, je suis sûr et certain que la série a la maturité nécessaire pour traiter de sujets plus adultes avec un ton plus adulte. Mais elle reste un peu ce jouet pour enfant que l’on aime toujours, avec lequel on a envie de jouer, mais qui ne nous passionne plus autant.

Surtout que l’épisode ne va pas très loin et se contente donc de ce qu’il met devant les yeux des téléspectateurs. C’est en partie un échec mais bon, globalement il y a aussi suffisamment de bons moments à passer avec les personnages qui permettent de ne pas trop réfléchir et donc de voir en « News Flash », un épisode divertissant et rien de plus. Sauf que cela fait maintenant cinq ans que The Flash nous bassine avec des épisodes du genre et aucun d’entre eux n’est véritablement original à mon goût. Sans parler de la structure de l’épisode qui est terriblement prévisible et ressemble à tout ce que l’on voit depuis cinq saisons. C’est comme si les scénaristes n’avaient pas d’autres idées et cela me rappelle par moment les problèmes qu’une autre série de l’univers DC a connu il y a quelques années de ça : Smallville. Avec « All Doll’d Up », la série semble nous jouer une sorte d’Halloween. Mais le vilain de la semaine, incarné par Troy James (plus connu pour avoir horrifié les juges de America’s Got Talent avec ses talents de contorsionniste), est fun à voir. Globalement, The Flash continue de proposer des personnages originaux qui sortent un peu de l’ordinaire et collent parfaitement avec l’esprit un brin enfantin de The Flash.

Sauf que voilà, une fois de plus la série ne semble pas trop savoir ce qu’elle doit faire pour rendre Rag Doll, ce vilain visuellement intéressant en vilain que l’histoire parvient à creuser. Sauf que The Flash ne semble pas prendre le temps de le faire et se contente encore une fois des relations basiques que ses personnages entretiennent, au dépend d’un téléspectateur qui a tout de même envie de voir le tout évoluer. Non ? The Flash fait également une pause de l’intrigue Cicada afin de se concentrer sur Nora et la tension qu’il y a avec Iris. Si cette dynamique me plaît et tire l’épisode vers le haut, je ne sais pas trop où est-ce que The Flash veut en venir non plus. J’espère que la relation entre les deux personnages va rapidement évoluer afin de nous donner une toute nouvelle dimension. Surtout que les conflits parents/enfants peuvent rapidement devenir mauvais comme ils peuvent être très intéressants. Ici, c’est entre les deux car l’on ne sait pas trop où est-ce que The Flash veut nous conduire. Mais quand la série décide de ramener Killer Frost avec une toute nouvelle histoire de ses origines, alors « the Icicle Cometh » est tout ce que je n’avais pas besoin de voir actuellement dans The Flash.

C’est le pompon ! Cet épisode est ennuyeux et le retour de Killer Frost, certes lié à la quête de Caitlin, ne permet pas à la série de réellement sortir de cette mécanique qu’elle est en train d’installer et qui casse complètement toutes les bonnes idées du début de la saison. Cisco de son côté va de nouveau pouvoir utiliser ses capacités en hacking pour aider l’équipe. Cisco est d’ailleurs le bienvenu car sans lui The Flash serait clairement moins fun. D’autant plus que Barry Allen est clairement le personnage le plus ennuyeux de la série à mon goût pour le moment. Il m’énerve, je ne sais pas pourquoi mais il m’énerve. Toute l’histoire autour du père de Caitlin n’est pas forcément mauvaise sur le papier mais son exécution est particulièrement naze. Sans parler du retour sans aucun intérêt de Killer Frost qui permet une fois de plus à The Flash de casser tout ce qu’elle a pu construire autour du personnage pour prendre des décisions étranges. Finalement, dans ces trois épisodes la série manque cruellement de surprises et c’est vraiment dommage.

Note : 5/10, 5/10 et 4/10. En bref, du The Flash bancal et pas toujours efficace.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article