Critique Ciné : Creed II (2019)

Critique Ciné : Creed II (2019)

Creed II // De Steven Caple Jr. Avec Michael B. Jordan, Sylvester Stallone et Tessa Thompson.


4 ans après le premier volet de cette nouvelle saga, Creed est de retour pour de nouvelles aventures. Cette fois-ci, Creed II se veut plus personnel et décide alors de se concentrer sur l’héritage de sa propre famille, mêlé à celui de Rocky mais aussi de Drago (dont le père a tué le père de Creed). Bon, c’est une sorte de revenge-movie sur le ring qui ne s’en sort pas trop mal et a le mérite d’offrir des intrigues intéressantes à plus ou moins tous les personnages. Pour autant, certains passages pèsent un peu et donnent alors l’impression que Creed II veut absolument nous plonger dans un monde dramatique où la seule issue ne pourra jamais être un véritable happy-end. Par ailleurs, Creed II décide aussi d’offrir une sorte de choc des générations, confrontant les vieux de la vieille du monde de la boxe à leurs « enfants prodiges ». Si par moment, le film en fait peut-être un peu trop dans le registre dramatique (le ciel tombe vraiment sur la tête d’Adonis), je trouve que cela manque d’un brin de folie, et peut-être de surprises qui auraient rendu le tout plus étincelant. Mais la justesse émotionnelle de Michael B. Jordan permet clairement au film de se sortir de la noirceur oppressante que le film nous offre.

La vie est devenue un numéro d'équilibriste pour Adonis Creed. Entre ses obligations personnelles et son entraînement pour son prochain grand match, il est à la croisée des chemins. Et l'enjeu du combat est d'autant plus élevé que son rival est lié au passé de sa famille. Mais il peut compter sur la présence de Rocky Balboa à ses côtés : avec lui, il comprendra ce qui vaut la peine de se battre et découvrira qu'il n'y a rien de plus important que les valeurs familiales.

Puis nous avons les scènes de combat (au nombre réel de trois), qui donnent un peu de surprises ce qui s’avère assez plaisant. J’aime beaucoup la boxe, c’est un sport violent mais efficace qui nous offre bien souvent des rebondissements. C’est ce sur quoi Creed II tente de se reposer à sa façon, et ça fonctionne assez bien. Puis il y a toute la renaissance de Creed qui permet d’oublier par moment la première partie assez longue et ennuyeuse par moment du film. Disons que Creed II est très long à se mettre en place et se relève alors par quelques dialogues sympathiques, quelques faces à faces, rien de plus. La suite est alors un peu trop mécanique à mon goût, suivant à la lettre ce que Rocky Balboa a déjà fait par le passé. C’est presque Sylvester Stallone et Dolph Lundgren qui sauvent par moment le film. Ils ont beaux être des vétérans, ils offrent au film une partie vraiment en chair et en os qui rend le tout un peu plus crédible que les aventures de Creed qui partent dans tous les sens. Il y a de quoi apprécier l’ensemble mais le premier film était un peu plus inspiré que celui-ci mais après 6 volets de la franchise Rocky, ce 7ème aurait peut-être pu briser les chaînes et apporter une vraie nouveauté.

Note : 5.5/10. En bref, une suite sur la renaissance et sur la déception, un éternel héritage de la franchise qui a du mal à se renouveler.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article