Critique Ciné : The Front Runner (2019)

Critique Ciné : The Front Runner (2019)

The Front Runner // De Jason Reitman. Avec Hugh Jackman, Vera Farmiga et J.K. Simmons.


Jason Reitman revient à du cinéma plus engagé. En effet, depuis Thank You for Smoking (2005) ou encore Juno (2007), il n’avait pas vraiment proposé de film très engagé. Avec The Front Runner, il choisit de poser son regard sur la campagne présidentielle de 1988 où le favori pour l’investiture démocrate s’est retrouvé au coeur d’un scandale. Il en profite donc pour créer un parallèle avec la politique de nos jours et l’essor de people dans le monde des journaux traditionnels. Notamment lorsque se pose une question d’éthique au Washington Post quant à la publication (ou non) de photos de Gary Hart dans les bras d’une autre femme que la sienne. Adapté du roman de Matt Bai, « All the Truth is Out », le film suit cependant un schéma bien trop manichéen pour réellement surprendre son spectateur. Si le sujet est traité de façon assez intelligente de bien des façon, je trouve dommage qu’il ne cherche pas à creuser ses aspects les plus passionnantes notamment sur la relation étroite entre le sensationnalisme journalistique et la politique. Si The Front Runner nous réserve donc peu de surprises (si ce n’est celle de découvrir l’histoire de Gary Hart que je ne connaissais pas du tout), et qu’il entre parfaitement dans le monde actuel (notamment avec la place de la femme à l’époque qui est justement dépeinte par le personnage de Donna à un moment) avec le mouvement #MeToo, je trouve que The Front Runner aurait pu pousser le bouchon plus loin.

L’histoire vraie de Gary Hart, un jeune sénateur promis au plus bel avenir, idole des votants américains et favori pour l’investiture Démocrate de l’élection présidentielle de 1988. Une ascension fulgurante qui fut brutalement stoppée par la révélation d’une liaison scandaleuse avec Donna Rice. Pour la première fois de l’histoire, le journalisme politique et la presse à scandale se rejoignaient, et ont provoqué la chute d’un homme politique. Ces événements ont profondément et durablement marqué la scène politique américaine et internationale.

Du coup, The Front Runner se repose énormément sur le talent de Hugh Jackman et Vera Farmiga qui crèvent l’écran et donnent alors quelque chose au spectateur qui donne envie de suivre les aventures de la famille Hart. Le récit politique en lui-même tient la route malgré tout grâce à une tension palpable et menée de façon assez efficace. Mais le film manque d’un sous-texte qu’il brosse uniquement dans le sens du poil. Du coup, The Front Runner manque cruellement de recul sur ce qu’il raconte et ne se donne pas vraiment le temps de réfléchir. Pourtant, ce sujet est si vaste et si actuel qu’il aurait justement pu donner lieu à un film plus palpitant que celui que l’on nous offre ici. En manquant donc d’un brin de mordant sur le sujet général de The Front Runner, le film manque de subtilité et ne parvient pas à être ce qu’il aurait pu être, à la fois sur la politique et sa people-isation mais aussi sur le journalisme et son évolution envers la politique (qui auparavant se concentrait uniquement sur le fond du discours, et pas vraiment sur la forme du candidat et ses relations).

Note : 4.5/10. En bref, malgré un casting solide et quelques jolis moments, le film manque de substance et se dévoile de façon bien trop manichéenne.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article