Critiques Séries : Into the Dark. Saison 1. Episode 4. New Year, New You.

Critiques Séries : Into the Dark. Saison 1. Episode 4. New Year, New You.

Into the Dark // Saison 1. Episode 4. New Year, New You.


Pour le Nouvel An, Into the Dark nous offre une histoire de filles qui se retrouvent et qui vont petit à petit manifester des envies meurtrières. Cela fait plaisir de retrouver Carly Chaikin que j’ai adoré pendant trois saisons sous les traits de Dalia Royce dans Suburgatory (ou plus récemment Darlene dans Mr Robot). Surtout quand au final c’est elle qui est finalement celle dont tout le monde veut se venger. Pour nous raconter cette histoire, nous avons Sophia Takal (V/H/S) qui n’est pas reconnue dans le monde du cinéma d’horreur et qui tente parfois tant bien que mal de tenir l’ensemble de son histoire de façon cohérente. L’épisode cherche alors à nous plonger dans la vie de nos protagonistes afin de pointer du doigt un personnage en particulier. Puis un twist vient alors changer la donne au bout d’une heure et apporte forcément son lot de bonnes surprises. Il faut tout de même se taper une heure d’épisode assez médiocre pour une demie heure réellement efficace. Ce n’est pas le typique épisode dont on va probablement avoir envie de se souvenir mais disons que le jeu de chat et de la souris devient petit à petit réellement palpitant et c’est l’une des vraies forces ici du scénario de Sophia Takal.

Un groupe de vieilles amies se retrouvent pour le Nouvel An. Mais alors que de vieux souvenirs ressurgissent, la plupart des reproches qu’elles vont se faire vont se manifester en meurtre.

De plus, Into the Dark permet aussi de changer un peu du genre horrifique thriller-esque qui met en scène bien souvent les mêmes monstres et tueurs que l’on voit constamment. Il y a alors quelque chose de familier dans chacun des personnages que l’épisode met en scène, ce qui rend le truc un peu plus crédible et passionnant que d’autres oeuvres du genre. Si Into the Dark se rapproche donc ici sur tout un tas de dialogues, il n’en reste pas moins efficace dans le genre. Côté mise en scène, Sophia Takal rapproche cet épisode d’autres productions Blumhouse, comme Happy Birthdead. En choisissant de s’investir dans les détails de la personnalité de chacun de ses personnages, l’épisode gagne des points et permet de sortir assez souvent de certains carcans pompeux qui m’ennuient. Je ne peux pas trop en dire au sujet de cet épisode si je révèle tous les twists mais il y en a suffisamment pour changer la donne plusieurs fois dans l’épisode. La façon dont Chaikin tente de nous faire devenir la vraie nature de Danielle est probablement ce que cet épisode fait de mieux.

Note : 5.5/10. En bref, « New Year, New You » est plutôt efficace grâce à ses twists mais souffre par miment de longueurs inévitables dans sa première partie.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article