Critique Ciné : Convoi Exceptionnel (2019)

Critique Ciné : Convoi Exceptionnel (2019)

Convoi Exceptionnel // De Bertrand Blier. Avec Christian Clavier et Gérard Depardieu.


Presque dix ans après Le bruit des glaçons (avec Jean Dujardin), Bertrand Blier nous raconte sa nouvelle farce dramatique avec Convoi Exceptionnel en mettant en scène deux pontes du cinéma français : Christian Clavier et Gérard Depardieu. Alors l’idée de mettre ces deux là en équipe est bonne mais le film s’embourbe très rapidement dans une aventure ennuyeuse et pompeuse qui ne raconte rien de très intéressant sur sa confrontation des classes et situations de la vie. Disons qu’en se répétant, le ilm perd très rapidement de son intérêt et donne l’impression de nager dans des eaux qu’il ne maîtrise pas. Le film commence pourtant très bien. L’introduction nous plonge dans cet absurde monde où un scénario régirait notre vie et serait manipulé par des gens aux intentions bien moins loyales. C’est une idée de départ particulièrement ambitieuse qui malheureusement ne donne jamais vraiment quoi que ce soit au final. Même la morale et la réflexion que le film propose sur le fait que notre vie doit être improvisée si l’on veut réussir, n’est pas très bien exécutée au travers de dialogues pas toujours inspirés et de personnages secondaires particulièrement inutiles. Du coup, Convoi Exceptionnel a souvent tendance à se reposer sur son duo central (ce qui est une bonne chose) mais ne pousse pas suffisamment loin ce qu’il cherche réellement.

C’est l’histoire d’un type qui va trop vite et d’un gros qui est trop lent. Foster rencontre Taupin. Le premier est en pardessus, le deuxième en guenilles. Tout cela serait banal si l’un des deux n’était en possession d’un scénario effrayant, le scénario de leur vie et de leur mort. Il suffit d’ouvrir les pages et de trembler…

Bertrand Blier signe donc ici un film mineur qui fait des propositions de cinéma, mais certains passages surjoués empêchent de prendre plaisir à s’amuser devant les calembours souvent grossiers et lourds. On parle beaucoup du surpoids de Gérard Depardieu (ce avec quoi l’acteur est à l’aise au cinéma, mais ce n’est pas aussi bien fichu que dans Mamouth), et une scène de Christian Clavier en clochard n’est pas sans rappeler Les Visiteurs (lorsqu’il s’installe chez son ami). Puis les personnages secondaires s’enchaînent et certaines scènes sont terriblement ennuyeuses (toute la séquence de la boulangerie au milieu du film est casse pied et donne envie de pioncer). Mais voilà, Convoi Exceptionnel ne maîtrise pas totalement ce qui était sur le papier (et même dans la bande annonce) une bonne idée. Jongler entre l’absurde et la réalité aurait pu permettre de parler du cinéma, des personnages,  etc. Mais le film se contente finalement de rester très terre à terre, quitte à nous perdre au bout d’un bon quart d’heure. J’attendais plus de ce réalisateur qui est pourtant bon habituellement mais qui se perd dans un lyrisme pompeux et dans des séquences qui durent un temps fou.

Note : 2/10. En bref, malgré la présence de deux pontes du cinéma français, Convoi Exceptionnel n’a rien d’exceptionnel.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article