Critiques Séries : Shrill. Saison 1. Pilot.

Critiques Séries : Shrill. Saison 1. Pilot.

Shrill // Saison 1. Episode 1. Pilot.


L’an dernier c’était Dietland (AMC) qui racontait le combat engagé d’une femme en surpoids, cette année c’est Shrill, la toute nouvelle comédie de Hulu. Créée et incarnée par Aidy Bryant (Saturday Night Live, Girls), cette nouvelle série nous plonge dans le quotidien d’une femme en surpoids qui veut changer de vie mais… pas de corps. Et sincèrement ? Shrill se consomme ici rapidement (en tout cas pour le premier épisode), c’est mignon et c’est plein de potentiel. La série veut donc faire un peu plus que The Mindy Project (qui s’est achevée l’année dernière sur Hulu). La série est inspirée de Shrill : Notes from a Loud Woman de Lindy West et combine alors sa vision du mythe de la beauté avec des éléments de comédie de bureau et de mésaventures de millennial. Pour le moment, je dois avouer que l’idée fonctionne et que l’énergie débordante de Aidy Bryant fait son petit effet. Mais par moment, l’ambition de cette série tombe dans certains pièges et notamment celui de manquer d’organisation. Le scénario de ce premier épisode peut donc partir un peu dans tous les sens et c’est dommage. Peut-être aussi est-ce finalement le problème du format qui ne permet pas toujours de développer correctement ce que ce premier épisode semble vouloir mettre en place.

Jeune femme en surpoids, Annie veut changer de vie mais pas de corps. Dans son quotidien, elle se bat pour devenir journaliste et se retrouve confrontée à des problèmes de couple, à des parents malades et à un patron perfectionniste.

Mais ce ton léger que la série aborde est probablement ce qui fait le charme de Shrill. La série aborde son sujet avec beaucoup de beaux moments et de tons différents. Tout cela permet aussi de participer au développement des diverses thématiques qui sont toutes plus intéressantes les unes que les autres mais ont toute un lien particulier : la beauté et ses standards dans lesquels n’entre pas Annie mais qu’elle tente de briser à sa façon car elle veut donner à sa vie un nouveau sens. C’est un vrai combat de femme mine de rien, qui refuse de changer son apparence pour gravir les échelons de sa vie mais veut réussir comme elle est. C’est un très beau message que Shrill compte véhiculer sur l’acceptation de soi et le tout fonctionne d’ailleurs plutôt bien. Même si par moment la série se heurte à quelques erreurs, la personnalité attachante de l’héroïne ainsi que la personnalité de Aidy Bryant permet de donner envie d’aller plus loin. Celle que j’avais déjà vu quelques fois dans SNL prouve qu’elle est capable de porter elle même une série (qu’elle a en plus de ça créée elle-même). Et puis ces petites tranches de vie amusantes, c’est toujours sympathique à suivre. C’est probablement pour ça que par moment j’ai aussi pensé à The Mindy Project bien que les deux séries aient aussi de grandes différences.  

Note : 6.5/10. En bref, une mise en bouche réussie.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article