Critique Ciné : Backdraft 2 (2019)

Critique Ciné : Backdraft 2 (2019)

Backdraft 2 // De Gonzalo Lopez-Gallego. Avec Donald Sutherland, William Baldwin et Joe Anderson.


On se demande parfois ce qui se passe dans les films que l’on nous propose. Faire une suite à Backdraft ? Je ne suis pas sûr que c’était la chose la plus utile à faire au monde. En effet, le premier film, sorti en 1991, n’est pas un film qui reste vraiment en mémoire et ce malgré un sujet de départ (les fameux Backdraft) qui est intéressant. Cette « suite » tente alors de reprendre les idées du premier film sans pour autant changer grand chose. Disons que le film tente tant bien que mal de rappeler qu’il est la suite, tout en nous racontant une histoire digne d’un Direct to DVD (et Backdraft 2 en est un) du fond des rayons. Les producteurs ont alors demandé les services de Gonzalo Lopez-Gallego, qui est plus en train de ruiner sa carrière (qui était déjà au point mort) qu’autre chose. Le réalisateur d’Apollo 18 ne propose rien de très original dans la mise en scène et se contente alors de laisser tout le monde vaquer à ses petites occupations jusqu’au moment où il va falloir apporter une conclusion potable à l’histoire de départ. Pourtant, le film de Ron Howard avait quelques idées et puis côté casting c’était sympathique (Robert de Niro, Kurt Russell). Backdraft 2 décide d’ailleurs de faire revenir deux membres du casting original incarnés par William Baldwin (qui a vraiment besoin de prendre des cours d’acteur) et Donald Sutherland.

McCaffrey, un enquêteur des services d’incendie de la ville de Chicago, tient son oncle responsable de la mort de son père et tente d’élucider une série de feux criminels pouvant camoufler le plan de terroristes voulant faire sortir des armes du pays.

Si Backdraft 2 tente de se rattraper par le drame qu’il dépeint ici, notamment autour des personnages, le film manque cruellement de profondeur. Disons que le film ne sait pas vraiment quoi nous raconter et espère alors probablement qu’il y avait des fans de Backdraft. Sauf que de mon côté, c’est plutôt un film mineur de Ron Howard, qui souffre dans sa suite d’un manque cruel d’intérêt. Les personnages ne sont pas suffisamment bien fichus, le côté terrorisme mal exploité et bien évidemment la vie personnelle de chacun des personnages manque elle aussi de punch. Si les scènes d’incendies sont sympathiques et permettent de rappeler que le sujet de départ de Backdraft 2 (et du premier film) ce sont les incendies criminels, mais même de ce point de vue là le film ne creuse jamais vraiment le sujet. On a alors l’impression que le scénariste de Backdraft 2 ne sait pas vraiment ce que c’est que d’enquêter sur des incendies criminels. Les personnages brossent alors le sujet sans le creuser et le film devient alors sacrément plat. Sans parler de Joe Anderson, sensé être le héros de ce nouveau volet, qui n’a pas les épaules suffisamment larges pour s’imposer. Dommage.

Note : 2/10. En bref, un jour quelqu’un s’est réveillé et s’est dit être fan de Backdraft, alors il a sûrement voulu produire cette suite inutile à un film déjà pas très très bon…

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article