Critique Ciné : Chamboultout (2019)

Critique Ciné : Chamboultout (2019)

Chamboultout // De Eric Lavaine. Avec Alexandra Lamy, José Garcia et Michaël Youn.


On ne va pas se mentir, j’aime bien le cinéma d’Eric Lavaine. Il y a quelque chose de bon vivant là dedans qui m’avait fait apprécier Barbecue et que j’avais dans l’espoir de retrouver ici. Malheureusement, le réalisateur et scénariste replonge dans les méandres de sa propre carrière pour puiser ici un récit maladroit, malgré quelques dialogues sympathiques, qui se repose en grande partie sur le côté lumineux d’Alexandra Lamy et l’esprit amusant de José Garcia. Je pense que l’on peut facilement résumer ce film à ces deux acteurs, le reste étant plus proche des plantes vertes exposées chez Botanic, attendant désespérément d’être achetées avant de devenir des invendus. C’est un peu comme cette ligne de dialogue du film, bien pensée et qui semble faire un clin d’oeil au scénario : « on dirait du Musso plagié par un enfant de 8 ans ». Bien que le film tente quelques percées avec des mots compliqués (et la définition du mot velléitaire donnée par le boulanger, c’est un ressort comique amusant mais qui casse aussi en partie un moment du film tant à la longue la recherche de cette définition devient lourde). Alors que nous sommes dans un décor assez idyllique du Pays Basque, Chamboultout aurait pu tirer partie de tout ça et délivrer une bonne comédie de potes en vacances. Comme pouvait l’être Les Petits Mouchoirs par exemple.

Béatrice célèbre avec les siens la sortie de son livre, dans lequel elle raconte l’accident de son mari qui a bouleversé leur vie. Frédéric a perdu la vue et ne peut s’empêcher de dire tout ce qu’il pense : c’est devenu un homme imprévisible et sans filtre bien que toujours aussi drôle et séduisant. Mais ce livre, véritable hymne-à-la-vie, va déclencher un joyeux pugilat car même si Béatrice a changé les noms, chacun de ses proches cherche à retrouver son personnage. Le groupe d’amis et la famille tanguent… mais certaines tempêtes sont salutaires.

Mais voilà, le film n’est jamais une réflexion sur les liens d’amitié et ce qui pourrait les ébranler. Alors qu’il y avait pourtant un vrai potentiel là dedans pour en faire quelque chose. Certains personnages sont alors inexistants, laissées au milieu d’une marre de dialogues pas toujours très inspirés et d’idées farfelues qui n’ont jamais vraiment de dénouement. Tout tourne alors autour de ce livre, qui devient à la longue un ressort comique et dramatique particulièrement redondant et ennuyeux. C’est dommage qu’avec un tel casting il n’y ait pas plus de bons moments. A côté de ça, j’avais trouvé Barbecue sympathique. Pas brillant, mais il y avait quelques bonnes idées qui laissaient au final une agréable impression. Chamboultout laisse derrière lui très peu de choses si ce n’est que le talent d’Alexandra Lamy et José Garcia combiné tente tant bien que mal de retenir le château de cartes de s’écrouler au bout de trente minutes de film. Et le voyage peut alors rapidement devenir épouvantable, surtout quand le film passe son temps à stagner sans un semblant d’envie de faire quoi que ce soit d’autre que de voir des corps se prélasser sur la plage, au bord de la piscine, dans un jardin, etc.

Note : 4/10. En bref, Alexandra Lamy et José Garcia tentent de sauver cette comédie dramatique médiocre.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article