Critiques Séries : The Red Line. Saison 1. Pilot.

Critiques Séries : The Red Line. Saison 1. Pilot.

The Red Line // Saison 1. Episode 1. Pilot.


CBS tente avec The Red Line un sujet facile mais loin de sa propre zone de confort : la série chorale sur des destins liées par une bavure policière. Créée par Caitlin Parrish (Supergirl, Under the Dome) et Erica Weiss (The View from Tall), la série situe alors rapidement les personnages et l’histoire sans faire trop de chichis ce qui est une agréable surprise. Mais la série n’hésite pas à discuter de sujets délicats dès le premier épisode. La série parle alors d’homoparentalité (et d’homophobie), de racisme, de sexisme, toutes des thématiques fortes qui sont aussi en lien très étroit avec la société actuelle. Et tout cela devient rapidement l’une des vraies forces de The Red Line. Ajoutons à tout cela la problématique de l’adoption et de la volonté de la jeune fille de connaître sa mère biologique, le deuil du père assassiné par un flic blanc qui a oublié de sortir sa petite réplique (et couvert par la suite par sa co-équipière qui a supprimé les vidéos). Toutes ces petites thématiques intéressantes sont parfaites pour s’impliquer dans le récit général de la saison. De plus, cela permet aussi de s’accrocher rapidement au destin de chacun des personnages. Grâce à quelques belles idées narratives, ce premier épisode questionne le téléspectateur et nous permet alors de participer à l’histoire de façon intéressante.

Après la mort d'un docteur afro-américain, tué par erreur par un policier blanc, les vies de trois familles, toutes liées par cette bavure, sont complètement bouleversées à jamais.

Alors que CBS nous habitue un peu plus à des séries procédurales, elle tente avec The Red Line quelque chose de différent et surtout d’intelligent. Et cela pourrait aussi permettre aux téléspectateurs de sentir une certaine forme de déjà vu par rapport à l’actualité dans le sens où ce genre d’histoires est légion sur le sol américain. Grandement aidée parfois par des personnages attachants, ce premier épisode respect le code scrupuleusement tout en ajoutant une bonne dose de bons sentiments bien fichus, sans jamais tomber dans le pathos gratuit et irritant que l’on peut connaitre parfois aux américains. Côté casting, là aussi la série parvient à faire ressortir quelques bonnes têtes, comme Noah Wyle sous les traits de cet homme homosexuel, veuf, qui a la lourde tâche d’élever sa fille toute seule désormais. Il parvient à ajouter énormément de bons sentiments touchants dans ce premier épisode qui donnent envie de voir la suite et de voir ce que ce personnage va devenir sur la longueur. Finalement, The Red Line est donc une agréable surprise à laquelle je ne m’attendais pas nécessairement. C’est parfois balisé comme scénario, mais la série regorge d’idées et de thématiques intéressantes donc en espérant que cela devienne réellement passionnant par la suite.

Note : 7/10. En bref, une agréable surprise inespérée.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article