Back to Life (Saison 1, 6 épisodes) : la vie après la prison n'est pas un long fleuve tranquille

Back to Life (Saison 1, 6 épisodes) : la vie après la prison n'est pas un long fleuve tranquille

Après avoir passé dix ans en prison pour un crime, et que l’on revient dans la ville où l’on a vécu, que se passe t-il ? C’est ce que la comédie dramatique Back to Life veut nous conter. Créée par Daisy Haggard (qui incarne aussi le rôle principal, mais aussi vue dans Doctor Who) et Laura Solon (Joyeux Bordel), Back to Life nous plonge dans un univers assez étonnant avec un ton comique relativement propre. En plus d’aborder un sujet assez rare dans le monde des séries (qu’est la vie après la prison), le ton est lui aussi relativement différent de ce que l’on a pour habitude de voir. Il n’est pas forcément faire de faire d’une femme condamnée pour un crime quelqu’un de drôle, sincère et attachante. Mais c’est ce que Daisy Haggard parvient à faire rapidement, dès le premier épisode. La série montre la difficulté que cela peut être de revenir après des années d’absence, surtout quand un crime pèse sur notre dos alors que l’on a servi le temps en prison pour s’en repentir. Il y a alors quelque chose de relativement dramatique mais juste et efficace qui s’installe rapidement dans cette dramédie. Dès le premier épisode, le personnage de Miri est attachant et ses aventures deviennent de plus en plus intéressantes au fil des épisodes.

Miranda "Miri" Thomas a commis un terrible crime il y a de nombreuses années. Après avoir purgée une peine de dix-huit ans de prison, elle se retrouve, à trente-six ans, sans travail et sans permis, à retourner vivre chez ses parents.

On est alors rapidement captivés par l’histoire de Miri et ce qui lui arrive. Grâce à une belle galerie de personnages secondaires, la série gagne encore des points, notamment la mère de Miri incarnée par Geraldine James. Par moment, Back to Life pourrait faire penser à Fleabag, bien que plus centré sur les drames de la vie de son héroïne que sur l’univers purement comique des situations. Les comédies sombres britanniques sont maintenant de plus en plus nombreuses et abordent des thématiques originales, qui changent un peu de la comédie familiale classique. Le côté humour noir aide aussi la série à sortir des sentiers battus et notamment à éviter de tomber dans ce que Back to Life aurait pu être : c’est à dire un soap opera. Si au départ il pourrait vous être complexe de vous laisser embarquer dans cette aventure, elle est suffisamment solide et efficace pour ne jamais vous abandonner. La générosité des personnages et du casting aident aussi beaucoup et le talent de Daisy Haggard mérite vraiment le coup d’oeil si jamais vous ne la connaissez pas plus que ça, comme cela pouvait être mon cas avant de découvrir Back to Life.

C’est aussi l’histoire d’une femme qui a été emprisonnée adolescente et qui est maintenant adulte. Elle doit alors prendre la vie en cours de route et rattraper ce qu’elle a pu rater. D’une certaine façon Back to Life pourrait s’apparenter à une version légère et plus drôle de Rectify au féminin. Il y a ce rapport avec les évolutions technologiques qui me plaisent et qui changent un peu la donne par rapport à ce que l’on a pour habitude de voir. BBC Three continue donc de proposer des contenus originaux intéressants avec des personnages efficaces et changeant drastiquement de nos habitudes avec les comédies dramatiques britanniques. Ce petit laboratoire mérite vraiment d’avoir toute notre attention, surtout quand des séries comme Back to Life apparaissent. Je pense que si vous aimez Fleabag, il faut plonger rapidement dans cette série, elle vaut vraiment le coup d’oeil.

Note : 7/10. En bref, fans de Fleabag bonjour, Back to Life sera votre nouvelle série de chevet.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article