Calls (Saison 2, 10 épisodes) : le passé revient toujours nous hanter

Calls (Saison 2, 10 épisodes) : le passé revient toujours nous hanter

La première saison de Calls, cet OVNI sériel français, nous plongeait dans des enregistrements sur fond d’Apocalypse. Le côté fantastique était passionnant dans certains épisodes mais pour changer un peu la donne cette année, les créateurs ont décidé de nous plonger dans les angoisses du réel sur fond d’attentats, d’incendies, de libre antenne radio qui tourne au règlement de comptes, de deuil impossible, etc. L’épisode le plus angoissant est probablement pour moi l’épisode 2.02 qui nous plonge au coeur même des attentats du 11 septembre 2001 alors qu’un couple est sensé se retrouver à Cortlandt Station, la fameuse station de métro qui conduisait directement au World Trade Center. Revivre les attentats au travers de ces appels est tout simplement fascinant et éprouvant, probablement bien plus angoissant à mes yeux que tout ce que l’on a pu voir dans Calls jusqu’à présent. D’autres épisodes savent aussi générer des moments de panique chez le téléspectateur, comme cette libre antenne d’Adri-1 avec la voix de Ramzy Bedia (qui au fond, est parfait en animateur radio) qui va tourner au règlement de comptes. Mais tout au long de cette seconde salve, pas de véritable lien entre les intrigues comme dans le premier volet, juste une volonté de nous faire peur avec la réalité, avec des choses qui peuvent ou qui se sont déroulées.

Le concept et l’originalité de cette série résident dans l’absence totale de visuel, ce qui permet au téléspectateur d’imaginer ce qui se passe, de faire les images lui-même dans sa tête. Je trouve ça fascinant et au fond, probablement l’un des concepts de séries les plus intelligent qu’il puisse exister. Chaque épisode de cette saison décide aussi d’ajouter un peu d’originalité dans la façon d’écouter: que cela soit un magnétophone des années 50, une émission de radio, Siri en 2030, etc. on passe par différents canaux pour écouter les personnages que l’on suit au fil des épisodes et je trouve ça d’autant plus intéressant. Cela permet aussi de donner à la série et ses épisodes une lecture différente, pas comme la première saison. La saison aborde aussi des thématiques que l’on retrouve plusieurs fois comme l’adultère et la stérilité. L’adultère est vécu à deux reprises (à la fois dans les enregistrements de Joaquim et de sa femme, mais aussi avec Olivier qui trompe sa femme avec un homme). Ce sont deux épisodes très différents mais qui trouvent une raison d’exister intéressante, qui casse encore une fois un peu les codes pré-établis par la première saison de la série.

Bien entendu, un petit audio à la fin de la saison vient donner un petit élan fantastique à la saison et tente aussi d’interpréter différemment tout ce que l’on a pu écouter. Au fond, il y a tout de même un lien entre toutes ces aventures : celui de l’ombre dont on ne sait rien. Dans le premier épisode c’est une femme aveugle qui ne voit pas son assaillant, dans un autre c’est une petite fille étrange qui disparaît dans une grotte et qui n’aurait jamais existé, puis nous avons aussi une femme qui pense qu’une créature était dans l’avion de son mari décédé, etc. Il y a pas mal de références au mal que l’on ne voit pas (ou que l’on veut oublier) et finalement, Calls continue donc de prouver qu’elle est une série brillante et intelligente. Tous les épisodes ne se dégustent pas avec le même attrait musique certains sont même assez ennuyeux, mais dans sa globalité la saison construit quelque chose de fort et intéressant qui change un peu de ce que l’on a pour habitude de voir sur le petit écran. Pas étonnant d’ailleurs que Apple est décidée d’adapter la série française pour sa future plateforme de streaming…

Note : 6.5/10. En bref, une saison 2 angoissante, plus proche du réel avec des aventures diverses et variées.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article