Critiques Séries : The Twilight Zone (2019). Saison 1. Episode 6.

Critiques Séries : The Twilight Zone (2019). Saison 1. Episode 6.

The Twilight Zone (2019) // Saison 1. Episode 6. Six Degress of Freedom.


Alors que CBS vient de renouveler The Twilight Zone pour une saison 2, cette semaine nous sommes dans l’espace. Après une critique acerbe du monde politique influencé par les fake news et les réseaux sociaux, The Twilight Zone décide de s’éloigner légèrement de son propos politique afin de nous conter une aventure qui change. Bien que cet épisode ne soit pas particulièrement brillant, il nous propose tout de même de plonger intelligemment dans cet univers que la série maîtrise parfaitement. Pourtant, cet épisode, en dehors du twist final, était presque éloigné de l’univers de The Twilight Zone. On a alors un épisode sur des drames entre des astronautes qui se dirigent vers Mars pendant que la Terre serrait sous le coup d’une extinction à cause d’une guerre nucléaire. Si la série joue rapidement sur les peurs de chacun, l’expérience ici démontre que l’on est finalement digne d’être sauvés. L’épisode en lui-même n’incarne rien de très impressionnant et se contente alors plus ou moins de raconter des histoires d’amitié, d’amour, etc. dans l’espace. Et hormis une scène sur « California Dreamin’ » qui s’avère assez sympathique, je dois avouer que j’ai passé une bonne partie de mon temps à regarder l’épisode défiler sous mes yeux. Les intrigues manquent d’un brin de folie, de surprises et surtout n’ont pas l’intérêt qu’elle veulent susciter chez le téléspectateur.

Cela donne donc un épisode médiocre, qui garde tout de même dans le fond le propos très engagé politiquement de cette saison de The Twilight Zone en prenant comme sujet une attaque nucléaire menée depuis la Corée du Nord. Les personnages ont alors deux choix : soit continuer leur chemin vers Mars et vivre paisiblement ou retourner sur Terre dans un chaos total. Si l’issue de l’épisode nous révèle qu’il en est tout autre et que ce n’est qu’une mise à l’épreuve afin de savoir si l’on mérite d’être sauvés, Glenn Morgan qui a participé au script de cet épisode, aurait certainement pu faire mieux. La mise en scène claustrophobe de Jakob Verbrugger (Black Mirror) est plutôt bonne, ce qui laisse tout de même de bons points à l’épisode, sans pour autant que celui-ci ne décroche les émotions que la série semble vouloir décrocher. Des références sont aussi glissées, comme dans les épisodes précédents. Le tout doit donc beaucoup au cinéma comme les films Sunshine, Solaris ou même Alien. Et Jefferson White ressemble par moment à Jeremy Davies dans Solaris de Steven Soderbergh. Glenn Morgan semble même avoir glissé une référence à une série qu’elle a créé avec James Wong par le passé (Space : Above and Beyond) quand les personnages parlent de Wild Cards, une série où des Marines se battent contre des aliens dans l’espace.

Note : 4/10. En bref, bien que l’idée soit louable, l’épisode manque de souffle.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article