Empire (Saison 5, épisodes 14 à 18) : la famille avant tout

Empire (Saison 5, épisodes 14 à 18) : la famille avant tout

Renouvelée pour une saison 6, la série conclura son histoire à l’issue de la saison prochaine. Si cela me fait presque un pincement au coeur de me dire que Empire ne sera plus présente après la prochaine saison, je dois avouer qu’elle aura tout de même bien vécu. Quoi qu’il en soit, cette saison 5 a su redéfinir les personnages et surtout donner un coup de fouet aux intrigues qui parfois s’endormaient sur place dans les saisons précédentes. A commencer par Andre. Ce dernier n’a jamais été mon personnage préféré dans la série et il aura fallu attendre qu’il soit à l’article de la mort pour que j’ai envie d’être touché par ce qu’il a à nous raconter. Sauvé in-extremis à l’issue de la saison 5 par la mort de Kingsley (qui va lui donner son coeur), Andre aura su apporter son lot d’émotions inattendues dans une saison qui ne laissait pas vraiment présager ce genre de choses. Que cela soit la relation entre Andre et son père, ou sa mère (et les histoires que cela va créer entre la mère et le père), l’aventure est passionnante et digne du soap inspiré de Dynastie que l’on nous a vendu au départ. Car Empire fait un virage à 360 et revient à l’essentiel : la famille. La famille Lyon a souvent été embourbés dans ses intrigues de gros sous, de gestion d’Empire, etc. sans que les scénaristes ne semblent réellement avoir d’intérêt pour le coeur de l’histoire.

Du coup, en remettant la famille Lyon au centre des préoccupations, Empire gagne rapidement des points et conclue intelligemment cette saison. La relation entre Lucious et Cookie est elle aussi mise en abîme, avec d’un côté Cookie qui veut laver ses mains des péchés du passé, pendant que Lucious pense encore comme aux débuts de la série : au pouvoir. Cela va rapidement créer des problèmes de couple qui permettent pour une fois de mettre en avant le couple, tout en jouant sur des intrigues de business. Mais le business reste une trame de fond, contrairement aux deux saisons précédentes. Ici, ce sont les personnages qui priment. Ceux ci peuvent alors nous proposer des scènes touchantes et amusantes, où les coeurs se déchirent et semblent irréparables. L’instinct maternel de Cookie donnera d’ailleurs lieu dans les deux derniers épisodes à de jolis moments teintés d’émotion dont Empire manquait parfois cruellement. Là aussi la série vient nous rappeler d’où elle vient et ce qu’elle a envie de redevenir pour un avenir plus radieux. Lucious de son côté se retrouve avec ses démons du passé. Dans tous ces épisodes, tour à tour il est mis face à ce qui le ronge. Notamment quand dans un épisode, un fantôme du passé revient le hanté sous la forme de Bunkie (qu’il avait tué à l’issue du premier épisode de la série).

Parmi les autres intrigues, Becky et Candace tirent elles aussi l’épingle de leur jeu. J’aime bien ce qu’elles veulent construire ensemble et leur relation professionnelle. S’il va falloir attendre la prochaine saison pour réellement voir où tout cela va nous conduire, Vivica A. Fox aura été un ajout merveilleux au casting de la série. Dans chaque épisode elle apporte une petite touche plus « femme fatale », rappelant par moment la Cookie pugnace des débuts. Candace est un bon personnage qui a du mérite et que les scénaristes ont développés intelligemment. Puis il reste les autres personnages et c’est un peu le problème de Empire : elle ne sait plus quoi faire de Jamel et Hakeem. Si ce dernier reste dans l’ombre la plupart du temps (et que ce n’est pas pour me déplaire), le départ précipité par les scénaristes de Jamal n’a pas arrangé totalement cette seconde partie de la saison 5. Suite à ce qui s’est passé dans la vie de Jussie Smollett qui a conduit à la suppression de son personnage dans les deux derniers épisodes, les scénaristes ont dû trouver un moyen de faire vivre le personnage sans pour autant le montrer à l’écran.   

Sa relation avec son mec devient rapidement ennuyeuse dans la seconde partie de la saison, et le personnage ne vit alors qu’au travers des chansons qu’il peut interpréter et qui pour le coup sont réussies. Si la musique reste une partie intégrante de Empire et qu’elle fait encore vivre le coeur de la série, elle n’est plus aussi efficace qu’aux débuts. Il n’y a plus alors vraiment de titres que l’on a envie d’écouter en boucle une fois l’épisode terminé. C’est un échec pour les producteurs musicaux d’Empire, mais peu importe le scénario s’améliore en espérant une prochaine saison réussie (c’est tout ce que je demande).

Note : 6.5/10. En bref, les scénaristes semblent avoir appris des erreurs de la série. Une très bonne nouvelle.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article