Critiques Séries : Big Little Lies. Saison 2. Episodes 1 et 2.

Critiques Séries : Big Little Lies. Saison 2. Episodes 1 et 2.

Big Little Lies // Saison 2. Episodes 1 et 2. What Have They Done? / Tell-Tale Hearts.


La meilleure chose qui pouvait driver en saison 2 de Big Little Lies c’est Meryl Streep. Cette dernière donne clairement de sa personne et de son talent pour faire de son personnage de Mary Louise quelqu’un de mémorable. De ces deux premiers épisodes doux amères je retiens donc énormément la prestation de l’actrice, mais aussi les idées qui sont assez intéressantes pour tenir le téléspectateur sur une seconde saison. Pour autant, les grandes qualités de ces deux premiers épisodes viennent encore une fois du talent des comédiens plus que des intrigues en elle-mêmes. Au fond, Big Little Lies reste une série assez simple, mais qui emporte avec elle de beaux personnages dans un écrin doré : celui d’un casting cinq étoiles. Avec « What Have They Done? », la série nous remet rapidement dans le bain. Si j’étais plus ou moins contre l’idée d’une seconde saison dans le sens où une suffisait. La première saison était tellement bien construite autour de ce mystère de meurtre et une fois que le tout avait été révélé, il était difficile d’imaginer où Big Little Lies pouvait nous embarquer. Mais c’est sans compter sur la créativité de David E. Kelley qui continue de proposer ici des intrigues à ses personnages dans un enrobage aussi doux qu’amer.

Mais après huit Emmys et quatre Golden Globes, HBO a sûrement dû se dire qu’il serait bien de faire revenir Big Little Lies pour une saison 2. Sans le mystère de la première saison au centre névralgique, cette saison 2 semble alors se concentrer sur le casting et les personnages plus que sur des intrigues. La série décide alors de reprendre le cours de la vie de ses personnages avec les conséquences de la fameuse nuit. Bonnie est forcément celle qui est la plus affectée des cinq héroïnes de la série, car c’est tout de même elle qui donné le coup fatal. Mais au delà de ça, Big Little Lies continue de nous faire vivre cette sorte de spleen qui lui sied bien, notamment dans la mise en scène très sobre et toujours soignée. Ou encore dans la bande originale, ne serait ce que pour cette scène sur la plage sur fond de « Mystery of Love », la chanson phare du film Call Me by Your Name. Avec seulement trois personnages principaux cette année, la série peut aussi développer d’autres histoires et surtout sur centrer sur l’essentiel. Si certains personnages ont un peu plus de mal que d’autres à entrer dans cette seconde saison, Nicole Kidman continue de briller sous les traits de Celeste. Cette façon d’incarner le deuil me fascine et prouve encore une fois toute la force du casting de cette série.

Mais cette saison 2 semble un peu moins subtile que la première aussi. « Tell-Tale Hearts » poursuit le chemin défendu par le premier épisode, où les familles sont malheureuses et où ce côté légèrement plus sombre parfois est finalement salutaire à la série. Si le premier épisode est parfois plus sombre que le second, il n’empêche pas les scénaristes de continuer à installer quelque chose qui change de la première saison. En ayant éludé l’histoire de meurtre, Big Little Lies décide donc de se concentrer sur chaque famille, avec son lot de désolation et d’émotions diverses. Si pour le moment les intrigues sont développées de façon sympathiques et solides, je demande vraiment à voir la suite. Il y a pas mal de choses introduites dans les relations entre chacun des personnages (notamment les femmes) qui permettent de donner aussi envie de voir ces mères perdues tomber encore plus bas. Finalement, Big Little Lies continue d’être la petite pépite de chez HBO, en espérant que la suite soit aussi succulente.

Note : 8.5/10. En bref, retour réussi pour Big Little Lies.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article