Critiques Séries : NOS4A2. Saison 1. Pilot.

Critiques Séries : NOS4A2. Saison 1. Pilot.

NOS4A2 // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Je ne connais pas le roman NOSFERA2 de Joe Hill, mais j’étais curieux de voir ce que cette histoire pouvait donnée dans cette adaptation pour la chaîne AMC. Aussi car il y a Zachary Quinto au casting et que ce dernier est souvent parfait dans les histoires un brin horrifiques. Il a la tête de l’emploi dirons nous. C’est Jami O’Brien (Hell on Wheels, Feer the Walking Dead) qui s’est chargé de l’adaptation et le moins que l’on puisse dire c’est que NOS4A2 rend curieux mais n’est peut-être pas toujours aussi efficace que l’on ne pourrait le souhaiter. Je pense que ce dont NOS4A2 manque cruellement c’est d’une mise en scène débordante d’imagination, ce que Tim Burton aurait sûrement pu faire au cinéma. Et de ce point de vue là c’est une vraie déception. Kari Skogland (The Borgias, Sons of Liberty) n’a pas vraiment d’ambition visuelle dans sa façon de mettre en scène ce premier épisode et pour un univers fantastique comme celui-ci, je m’attendais à quelque chose de grandiose. Disons que l’on se retrouve avec une sorte de série B qui ne s’accorde pas avec le matériel d’origine qui semble être particulièrement riche. On sent aussi parfois que Jami O’Brien a un peu de mal à trouver le ton juste, oscillant entre les personnages. Il n’y a pas vraiment d’ambition narrative pour nous donner énormément envie de se jeter sur la suite, malgré le fait que NOS4A2 soit là aussi intéressante pour ses différences.

Vic McQueen se découvre le précieux don de retrouver les choses perdues. Celui-ci va se révéler très utile pour traquer le diabolique et immortel Charlie Manx, un serial-killer enlevant des enfants pour les emmener dans le monde fantastique de Christmasland.

Après tout, l’univers de NOS4A2 est suffisamment original pour que l’on ait potentiellement envie d’en voir plus. Et puis il y a Zachary Quinto dans ce premier épisode, mais pas suffisamment. Pourtant, côté maquillage, je dois avouer que le vieillissement de l’acteur est stupéfiant, sans compter que sa façon de jouer permet aussi à NOS4A2 de briller un peu plus. Notre vilain, Charlie Manx, est donc un personnage qui donne envie de se plonger la tête la première dans la suite de NOS4A2, pendant que le reste (notamment cette jeune fille qui traverse un pont sensé ne plus exister) manque de piquant. Et la série n’est pas aidée par la façon de faire qui parfois donne l’impression de voir une série un peu trop cheap et pas suffisamment intelligente. Mais si la série avait un visuel étonnant et rafraichissant, alors on pourrait peut-être mettre de côté l’écriture un brin faiblarde de ce premier épisode pour se concentrer sur le reste. Cependant, il n’y a rien qui puisse nous rincer l’oeil. On se retrouve d’ailleurs avec un truc qui donne l’impression de voir le filtre verdâtre de pas mal de séries de la chaîne AMC (peut-être est-ce une volonté pour donner une marque de fabrique aux séries de la chaîne) comme dans Hell on Wheels ou encore Feer the Walking Dead. Quoi qu’il en soit, je serais là pour la suite mais il serait bien de donner un coup de pied aux fesses des scénaristes car ce ne sera que sur eux que l’on pourra compter pour faire de NOS4A2 une réussite.

Note : 4/10. En bref, malgré un univers en apparence riche, le scénario est faiblard et la mise en scène ronronnante.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article