Critiques Séries : Summer of Rockets. Mini-series. Part 1.

Critiques Séries : Summer of Rockets. Mini-series. Part 1.

Summer of Rockets // Mini-series. Part 1.


Nouvelle mini-série d’espionnage de BBC Two, Summer of Rockets nous plonge en plein coeur de la Guerre Froide. C’est une période fascinante de l’histoire qui a tout de même donné lieu à l’une des meilleures séries de ces dernières années : The Americans. C’est Stephen Poliakoff (Dancing on the Edge, Close to the Enemy) qui vient alors nous conter ici un point de vue original : celui d’un concept d’aides auditives sur mesure qui va se retrouver à venir à la rescousse du MI5. On retrouve pas mal d’éléments dans ce premier épisode qui collent parfaitement à l’esprit de Stephen Poliakoff, ce qui est plutôt rassurant, notamment dans sa finesse d’écriture des dialogues. C’est alors que Summer of Rockets ne perd pas nécessairement de temps à installer son récit et parvient alors à nous plonger dans l’univers de Samuel, notre héros. Si vous avez envie de lourds secrets dans les classes aisées, alors Stephen Poliakoff vient à votre rescousse (pendant que Julian FEllowes semble occupé ailleurs). D’ailleurs, ce qui est étonnant dans cette fiction par rapport aux précédentes créations de Poliakoff, je dirais que c’est la façon dont l’histoire met tout de suite ses personnages en situation. En créant des tensions dramatiques efficaces, notamment dans les relations entre les personnages, Summer of Rockets sait comment faire pour nous donner envie de revenir rapidement.

1958. La Guerre froide divise le monde. Samuel est un inventeur et concepteur d'aides auditives sur mesure. Il se fait approcher par le service de sûreté, plus connu sous le nom de MI5, afin qu'il collabore avec cette organisation.

Le casting est lui aussi important et permet de donner corps à ces dialogues travaillés et riches. C’est important et Summer of Rockets l’a très bien compris. Mais ce que j’ai découvert aussi, et qui donne forcément un peu plus de corps à Summer of Rockets, c’est le fait qu’elle soit semi-autobiographique. Elle raconte en partie l’histoire du père de Stephen Poliakoff, ce qui implique forcément un peu plus de références personnelles qui s’avèrent intéressantes. Au delà de l’intrigue principale de cette mini-série, Summer of Rockets décide de nous plonger aussi dans la vie de famille de Samuel. Chacun des personnages ici joue un rôle essentiel dans la façon dont Poliakoff veut équilibrer l’intrigue, entre drame d’espionnage et drame familial un brin plus soap-esque. C’est sur ce dernier point que j’ai été le plus séduit alors qu’au fond je suis un très grand fan d’aventures d’espionnage. Sauf que l’espionnage n’est qu’un prétexte pour raconter tout autre chose, l’histoire d’un immigré russe et juif sur le sol britannique qui va se retrouver à aider le MI5 contre le pays dont il est originaire. Ce n’est pas novateur en termes d’histoires mais c’est suffisamment rafraichissant ici pour que Summer of Rockets soit à surveiller dans les épisodes à venir…

Note : 6.5/10. En bref, une mise en bouche réussie.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours

Commenter cet article