Critique Ciné : Persona Non Grata (2019)

Critique Ciné : Persona Non Grata (2019)

Persona Non Grata // De Roschdy Zem. Avec Nicolas Duvauchelle, Raphaël Personnaz et Roschdy Zem.


Ce n’est pas comme si l’on n’avait pas déjà vu l’histoire de l’intrus qui arrive et chamboule la vie des personnages qui l’avaient contacté au départ. Mais Persona Non Grata, derrière ses airs de polar social, a du mal à décoller. Notamment quand il tente de parler d’affaires immobilières véreuses qui ne trouvent jamais de véritable axe narratif passionnant, ou alors tout ce que Maxime et José sont capables de faire pour au final, que cela vienne les hanter du début à la fin. Avec un scénario et une fin plus qu’attendu, Persona Non Grata ne peut pas surprendre et surtout ennui rapidement à tourner en rond plutôt que de réellement entrer dans le vif du sujet. Je ne vais pas mentir, j’ai surtout voulu voir ce film pour Nicolas Duvauchelle mais ce dernier n’arrive pas à rendre son personnage hypnotique et ténébreux comme il aurait pu l’être, laissant parfois la corde sensible faire le travail demandé, mais le scénario ne suit pas. Du coup, le film s’étiole au fur et à mesure que le temps passent, pour ne se rendre compte que d’une chose : que Persona Non Grata n’avait finalement pas grand chose à nous raconter. Et c’est dommage car les ressorts narratifs du polar à la française sont là, mais ils sont usés et de ce fait prévisibles.

José Nunes et Maxime Charasse sont amis et associés minoritaires dans une entreprise de BTP en difficulté. Devant la nécessité de protéger leurs intérêts, ils prennent une décision radicale et se retrouvent liés par un sombre secret.
Alors qu’ils commencent à entrevoir un avenir meilleur, un étrange personnage fait irruption dans leurs vies, leur rappelant que rien ne peut complètement s’effacer.

Le mélange social, criminel et plus posé sur la vie de ses personnages aurait pu faire de Persona Non Grata un joli film, mais à chaque fois que celui-ci fait les choses bien, il s’embourbe dans des idées saugrenues qui ne tiennent pas vraiment la route. Les promesses du départ ne sont pas vraiment tenues et le film devient alors rapidement laborieux. Pourtant, le casting est bon, mais lui aussi est mal utilisé. Sauf peut-être Roschdy Zem qui se donne un rôle qui lui sied bien et il donne à son personnage l’aplomb nécessaire pour que l’on ressente ce qu’il faut où il faut. Côté mise en scène, Roschdy Zem ne fait pas vraiment quelque chose de neuf bien que cela soit un film assez agité (ce qui évite au spectateur de s’endormir profondément). La façon qu’il a de mettre la caméra proche des visages permet de rendre certains moments assez efficaces pour que l’on ne reste pas totalement sur notre faim, mais au delà de ça, je pense que le film ne fonctionne tout simplement pas, la faute à un scénario fainéant et des personnages mal développés.

Note : 4/10. En bref, malgré une réalisation réussie et un joli casting, Persona Non Grata manque à son obligation de fournir un scénario à la hauteur.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article