Critiques Séries : The Loudest Voice. Mini-series. Episode 5. 2012.

Critiques Séries : The Loudest Voice. Mini-series. Episode 5. 2012.

The Loudest Voice // Saison 1. Episode 5. 2012.


Après les élections de 2008 (et l’investiture de Barack Obama en 2009 dans l’épisode suivant), c’est au tour de la réélection de Barack Obama d’être mise en avant dans ce nouvel épisode de The Loudest Voice. Sauf que plus le temps passe dans la série et plus les histoires sexuelles de Roger Ailes prennent le pas sur l’actualité. La cruauté du personnage continue de faire sa place dans la série et je dois avouer que c’est assez impressionnant.

Mais le personnage qui me plaît le plus dans cet épisode c’est Gretchen incarnée par Naomi Watts. Cette dernière est enfin prête à montrer les crocs car au fond c’est aussi pour cela que The Loudest Voice est faite, pour mettre en avant la voix de ces femmes face aux terribles choses qui se sont passées avec Roger Ailes. Le fait est que la série n’avait pas encore donné suffisamment de place aux personnages secondaires. La série parvient donc à changer un peu les choses de façon intelligente et surtout que Naomi Watts est clairement notre héroïne dans cette histoire. Même si la voix de Ailes reste la plus forte voix de la série (et c’est aussi pour cela que The Loudest Voice porte ce nom là), les femmes tendent enfin à se faire entendre, de même que les personnages secondaires qui gravitent autour de lui.

Le coup des élections est intéressant lui aussi alors que Ailes continue sa guerre contre Obama (et son gouvernement). La façon dont FOX News a traité Obama est tout simplement brutale, rappelant certains éléments de sa vie qui n’ont rien à faire dans sa réélection (ou non). On connait tous l’histoire dans le sens où Obama a bel et bien fait un second mandat, mais The Loudest Voice montre un point de vue différent, celui de FOX News lors des élections et je trouve ça assez fascinant.

L’histoire de Gretchen est quant à elle fascinante. C’est celle d’une femme qui a toujours su défier Ailes et ses avances, tout en gardant sa carrière plutôt intacte. La façon dont Ailes cherche à créer une campagne dans son dos pour la faire tomber (notamment en prenant le pas de dés informer les producteurs de The View sur son sujet) est fascinant. Ailes n’a pas froid aux yeux. Plus les épisodes passent et plus Russell Crowe continue d’incarner avec brio cet homme sans vergogne qui, au nom du sexe, a aussi ruiné la vie de certaines femmes, ou bien pour son ego, tenté de détruire des carrières d’hommes politiques.

Note : 6.5/10. En bref, les femmes montrent enfin les crocs.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article