Family Business (Saison 1, 6 épisodes) : viens qu'on s'enfume un peu

Family Business (Saison 1, 6 épisodes) : viens qu'on s'enfume un peu

La France est-elle capable de faire un Weeds à la française ? C’est la question que l’on peut légitimement se poser avec Family Business. Malgré des critiques peu reluisantes, je dois avouer que je me suis laissé prendre au jeu de Family Business. Et si Family Business était finalement la première bonne série française de Netflix ? C’est probablement le cas pour moi. Je ne m’attendais pas spécialement à grand chose mais en six épisodes et malgré ses défauts, la série tient le rythme et parvient à trouver une histoire suffisamment sympathique à nous conter. Grâce à quelques rebondissements efficaces et un côté parfois un brin absurde (mais assumé), Family Business sait comment s’y prendre pour nous amuser sans trop en faire. Car c’est justement aussi ça l’une des forces ici, cette capacité que le scénario a de ne jamais tomber dans les mailles de la comédie outrancière ou pas drôle (ce qui avait été le cas avec la première création française d’Amazon Prime l’an dernier). Jonathan Cohen que j’aime beaucoup au cinéma, trouve ici un rôle qui lui colle à la peau et Gérard Darmon à ses côtés fait alors de son mieux pour nous sortir les violons qu’il sait si bien faire chanter.

Joseph, 35 ans, fourmille d’idées de business... même s'il bosse toujours malgré lui dans la boucherie casher de son père Gérard. Lorsqu'il apprend de source "sûre" que le cannabis va être légalisé, c’est la révélation. Son idée de génie : transformer, à l’aide de sa famille et de ses potes, la boucherie familiale en "Beucherie"...

Certains personnages sortent du lot, comme Enrico Macias qui incarne son propre rôle et parvient à de nombreuses reprises à devenir une vraie bouffée d’air frais dans la série. Si par moment certains épisodes tirent sur la corde et ne sont pas aussi brillants qu’ils devraient l’être, je reste malgré tout content du résultat. Avec certains poncifs, la série peut aussi parfois ne pas être aussi brillante que prévu, mais elle sait tout de même amuser suffisamment pour ne pas fatiguer le téléspectateur. Si certaines intrigues sont prévisibles, elles sont alors rattrapées par cette ambiance bon enfant qui fait finalement de Family Business une comédie familiale plutôt efficace dans son genre. Les français ont tendance à faire des comédies ras les pâquerettes tout en essayant de copier nos amis les américains. Ici, c’est un peu le cas (diffusion internationale oblige), mais ce Weeds à la français reprend certains codes parisiens amusants et tente par la même occasion de démonter un peu certains clichés juifs en s’en amusant. Le seul regret que j’ai est probablement le fait que la série met tout de même les premiers épisodes à s’installer avant de réellement entrer dans le vif du sujet (et cela peut devenir parfois long pour les plus Imaptients). Mais même si Family Business n’est pas parfaite, elle est pour le moment la création Netflix France la plus sympathique et réjouissante que j’ai vu.

Les dialogues sont suffisamment travaillés pour faire mouche et le casting associe des personnalités fortes qui sont tous finalement bien dirigés. Pour autant, on regrettera aussi le fait qu’encore une fois Netflix France ne fait rien de très original. Family Business reste un Weeds à la française, dans le Marais parisien. En somme, Family Business est donc un honnête divertissement qui, en pleine période de creux estivale, saura ravir les papilles de gens qui cherchent un peu de chauvinisme dans ce monde de la série à outrance, où l’offre est supérieure à la demande.

Note : 6/10. En bref, agréable petite série française qui prouve que Netflix est capable de mieux que toutes les horreurs dont ils ont pu nous abreuver récemment dans l’Hexagone.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article