Critique Ciné : La Vie Scolaire (2019)

Critique Ciné : La Vie Scolaire (2019)

La Vie Scolaire // De Grand Corps Malade et Mehdi Idir. Avec Zita Hanrot, Liam Pierron et Soufiane Guerrab.


La Vie Scolaire c’est un film étonnant, où l’humour et le réalisme de la narration accrochent le spectateur du début à la fin. On retrouve aussi la marque de fabrique des deux réalisateurs de Patients dans un univers qui ici fonctionne bien. On partage ces moments de vie scolaire avec ces personnages entre émotions réelles et entretenues, et un humour ciselé qui ne retombe jamais. Il y a toujours une réplique qui peut nous amuser, d’autres qui sont capables d’émouvoir aux larmes. Le destin de chacun des personnages que le film suit a quelque chose d’important à dire et surtout dans ce monde où l’éducation nationale a énormément de mal à considérer les jeunes en ZEP. Ce collège est vivant, avec tout ce que l’on peut imaginer, mais sans aucune violence gratuite. Au contraire, les quelques scènes où les enfants se battent ou encore quand les enfants maltraitent les profs sont justifiées intelligemment par le scénario. La Vie Scolaire parle aussi d’espoir en mettant en scène des personnages en lesquels le scénario veut croire, et sur le fait que si l’on croit en l’école et ce qu’elle veut nous apprendre, on peut aller très loin dans la vie.

Une année au coeur de l'école de la république, de la vie... et de la démerde ! Samia, jeune CPE novice, débarque de son Ardèche natale dans un collège réputé difficile de la ville de Saint-Denis. Elle y découvre les problèmes récurrents de discipline, la réalité sociale pesant sur le quartier, mais aussi l'incroyable vitalité et l'humour, tant des élèves que de son équipe de surveillants. Parmi eux, il y a Moussa, le Grand du quartier et Dylan le chambreur.

Grâce à une profondeur d’âme qui transpire du début à la fin, tout le monde est généreux là dedans. Zita Henrot brille pour son rôle de Samia, la nouvelle CPE qui va tenter de faire bouger les choses et de changer les mauvaises habitudes de ce collège. Ou encore Liam Pierron qui, sous les traits de Yanis, parvient à nous délivrer une histoire touchante sur sa vie où il n’a de cesse de gâcher ses opportunités pour la simple et bonne raison « qu’il ne sait pas ce qu’il veut faire plus tard ». C’est un sentiment qui ressort souvent dans les écoles et je dois avouer que c’est un sujet fortement bien amené. Grand Corps Malade et Medhi Idir mettent le tout en scène de façon assez brute et réaliste, ce qui nous donne par moment l’impression de plonger dans une sorte de docu-fiction. Loin des clichés, La Vie Scolaire propose donc une étude du système scolaire qui est pour le coup malade, sur la banlieue où il est difficile de vivre par moment et où chacun tente de s’en sortir à sa façon en apprenant de ses erreurs passées.

Note : 8/10. En bref, belle surprise de rentrée.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article