Critique Ciné : Scary Stories (2019)

Critique Ciné : Scary Stories (2019)

Scary Stories // De André Øvredal. Avec Zoe Margaret Colletti, Michael Garza, Gabriel Rush et Austin Zajur.


Si l’idée de André Ovredal et Guillermo Del Toro n’est pas mauvaise sur le papier, elle est bien mauvaise à l’écran. Le scénario de Guillermo Del Toro est assez faible, où certaines histoires sont inspirées mais qui n’ont pas l’impact voulu tant le film souffre de longueurs problématiques. Andre Ovredal (Troll Hunter, The Jane Zoe Identity) tente alors d’ajouter sa petite touche personnelle avec une mise en scène sympathique mais qui ne permet pas de faire oublier les longs moments lancinants du film qui ne font jamais vraiment évoluer l’histoire. Et quelle histoire ! Les multiples tiroirs à histoire que Scary Stories tente d’ouvrir sont souvent à moitié vide (et quand on sait que chacun des moments dure une page sur le livre de Sarah Bellows, on comprend le problème). Les effets visuels sont quant à eux proches de ce que l’on pouvait attendre, avec un côté légèrement artisanal qui rend le tout pas trop moche. Mais Scary Stories n’est pas inspiré et le schéma que le film suit n’est donc jamais très original. Le film n’arrive pas non plus à trouver un joyeux équilibre entre l’anthologie et le film avec une vraie histoire. Grâce à quelques créatures originales (notamment celle de l’hôpital) alors Scary Stories tente de sortir la tête de l’eau.

Dans un manoir abandonné, un groupe de jeunes trouve un livre qui raconte des histoires terrifiantes. Mais cette trouvaille n’est pas sans conséquence : la lecture du livre permet à ses effroyables créatures de prendre vie… La petite ville va alors faire face à une vague de morts particulièrement atroces, et chacun devra affronter ses pires peurs pour sauver les habitants et arrêter ce carnage.

Mais les personnages sont souvent de vraies têtes à claques, qui manquent cruellement de direction et d’entraînement. On a alors une équipe de sous Goonies de l’horreur où aucun n’est touchant ou même drôle. La limite de Scary Stories est donc ses petites histoires qui s’enchainent sans saveur ni avec l’envie de réellement nous faire peur. A l’issue de Scary Stories je n’ai pas eu envie de retenir grand chose, si ce n’est que cela ressemble à un Direct to DVD qui par je ne sais quel miracle aurait réussi à sortir sur des écrans de cinéma. Là où Chair de Poule pouvait devenir un conte sympathique mélangeant des créatures et de l’humour, Scary Stories tente de nous offrir une galerie de clichés en tout genre sans jamais savoir comment en sortir. Même le côté année 60 (sur fond de l’élection de Richard Nixon et de guerre du Vietnam) ne prend jamais. Derrière cette non prise de risque et l’utilisation des « histoires » les plus faciles du genre, Scary Stories ne vous offrira rien de neuf dans un monde peuplé de bons films d’horreur. Celui-ci sera aussitôt vu, aussitôt oublié.

Note : 3/10. En bref, malgré des idées, l’ensemble a du mal à sortir d’un schéma qui ne lui sied guère.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article