Critique Ciné : Yesterday (2019)

Critique Ciné : Yesterday (2019)

Yesterday // De Danny Boyle. Avec Himesh Patel, Lily James et Ed Sheeran.


Danny Boyle sait faire de très belles choses au cinéma (28 jours plus tard, Slumdog Millionaire, Trainspotting) et retrouve ici son Angleterre natale afin de raconter une histoire qui peut toucher toutes les générations : et si les Beatles n’avaient jamais existé ? Il y a un joli running gag autour de ce qui n’a pas existé dans la nouvelle réalité de Jack Malik (le Coca Cola, Harry Potter, « Wonderwall » d’Oasis, etc.) mais c’est aussi ce qui donne à cette dramédie un charme essentiel pour soutenir le propos de départ. Certains gags sont d’ailleurs hilarants, d’autres un peu moins, mais le charme de cette dramédie tient aussi en la musique des Beatles qui, à chaque note, est capable de m’émouvoir comme rarement. Réentendre les classiques du groupe de Liverpool dans des réinterprétations réussies de beaucoup de titres de Paul McCartney qui est d’ailleurs le Beatle préféré de Danny Boyle. Ce film est un joli moment de cinéma, où la musique a du coeur et les personnages aussi. Himesh Patel parvient à donner vie à un univers musical coloré dans un film qui n’est pas toujours joyeux. Notamment la première partie du film, où le héros est déprimé par sa carrière qui ne décolle jamais.

Hier tout le monde connaissait les Beatles, mais aujourd’hui seul Jack se souvient de leurs chansons. Il est sur le point de devenir extrêmement célèbre.
Jack Malik est un auteur-compositeur interprète en galère, dont les rêves sont en train de sombrer dans la mer qui borde le petit village où il habite en Angleterre, en dépit des encouragements d’Ellie, sa meilleure amie d’enfance qui n’a jamais cessé de croire en lui. Après un accident avec un bus pendant une étrange panne d’électricité, Jack se réveille dans un monde où il découvre que les Beatles n’ont jamais existé… ce qui va le mettre face à un sérieux cas de conscience.

Yesterday change aussi un peu des films actuels que l’on peut voir sur des groupes ou artistes connus (Queen, Elton John) et parvient à faire un film hommage réussi, sans tomber dans le biopic larmoyant. La démarche est vraiment intéressante car elle montre comment un artiste sans le sou et sans succès va pouvoir grimper les marches de la gloire avec des chansons qui ont disparu dans la réalité où il vit. Avec quelques twists sympathiques et une histoire d’amour bouleversante, le film parvient à accrocher son spectateur sans problème et parvient aussi à nous surprendre. Le film est aussi l’occasion de montrer la vraie force que peut avoir la musique sur les gens tout en rappelant que les Beatles ont modifié la musique pop à leur époque et l’on grandement influencé. Comme le dit si bien un personnage dans le film « Un monde sans les Beatles est un monde malheureux ». Je pense qu’au fond Danny Boyle et Richard Curtis, même s’ils exagèrent un peu quand ils écrivent cela, ils n’ont pas totalement tord. Pourquoi ? Car ces chansons, qui traversent encore les générations, sont des classiques qui donnent la banane et je suis sorti de la salle avec l’envie de chanter ces titres que j’aime tant.

Note : 9/10. En bref, magnifique.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

f5u9ysvpvo 03/12/2019 23:03

Thankfully this quality doesn’t cost the Earth, with basic notepads priced at just a couple of dollars.