MINDHUNTER (Saison 2, 9 épisodes) : la théorie en pratique

MINDHUNTER (Saison 2, 9 épisodes) : la théorie en pratique

Après une première saison en dents de scie, MINDHUNTER est revenue par la petite porte sur Netflix. Je dois avouer que je n’attendais pas forcément beaucoup de cette suite, si ce n’est de retrouver Anna Torv (Fringe). Puis au fil des épisodes, j’ai découvert ici une nouvelle série, passant de la théorie exposée il y a presque deux ans maintenant à la pratique plus fructueuse dans chacun des épisodes. Il faut dire aussi que MINDHUNTER profite de certaines personnalités de serial ailler connues de tous, comme Charles Manson qui fait son apparition dans l’épisode 2.05.

Grâce à un rythme soutenu, la saison ne perd jamais une occasion de garder son téléspectateur assidu. La saison prolonge pourtant ce que la série a déjà préparé dans la première saison (qui n’était à mon sens qu’une façon de prolonger son film Zodiac datant de 2007). Pour autant, Fincher n’est pas le créateur de la série, juste son créateur visuel. En reprenant où on avait laissé la série à l’issue de la première saison, où Holden Ford s’écroulait après à sa dernière rencontre avec le tueur Ed Kemper, la série garde une vraie continuité dans son récit.

Mais la série a changé. Notamment car les scénaristes ont changé et c’est peut-être aussi pour cela que le premier épisode est le seul épisode de la saison qui ressemble encore beaucoup à la première saison. Car il tente de corriger les défauts. La première saison était centrée sur l’installation de cette nouvelle division au FBI tandis que la saison 2 se concentre vraiment sur les pratiques. Notre équipe composée de Tench, Ford et Carr prouve que leurs idées sont révolutionnaires dans la façon de comprendre le comportement des tueurs en série (et sont encore utilisées aujourd’hui). Mais Wendy a aussi un autre chemin à suivre, ce qui donne plus de place à ce personnage féminin passionnant. Anna Torv continue de donner le meilleur d’elle même et prouve au fil des épisodes qu’en ne suivant pas le protocole définit l’an dernier, qu’elle avait finalement raison.

L’autre point fort de cette saison est le travail effectué sur les interrogatoires avec les tueurs en série. Ce sont des moments gorgés de surprises et surtout de moments captivants qui ne lâchent jamais le téléspectateur d’une semelle. On nous invite à chaque fois dans la tête de ces tueurs pendant que nos agents du FBI tentent de décoder ce qui est dit à leur façon. Je trouve par ailleurs presque dommage que Charles Manson ne soit introduit que pour nous parler de Bill et des problèmes que celui-ci rencontre avec son fils. Pour autant, si Bill est un personnage intéressant, j’espère que la suite de la saison (si saison 3 est confirmée) saura utiliser un peu mieux des personnages emblématiques comme celui de Charles Manson.

La saison permet aussi de faire évoluer les choses sur le terrain, notamment à Atlanta où Holden aide la police à arrêter un tueur en série particulier. L’idée d’introduire une intrigue avec une tension raciale permet de rester proche du sentiment actuel et donc d’offrir une sorte de parallèle entre ce qui s’est passé il y a des années et ce qui se passe de nos jours. Si tout cela est subjectif de ma part, je me demande si au fond la réflexion de MINDHUNTER n’est pas justement de nous faire réfléchir sur l’esprit de l’être humain, ce dont il est capable, et ce qui subsiste encore de nos jours dans notre société.  

Note : 7/10. En bref, la série s’améliore et devient une sorte de thriller psychologique plus efficace et moins ronronnant.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article