Critique Ciné : L'Adieu à la Nuit (2019)

Critique Ciné : L'Adieu à la Nuit (2019)

L’Adieu à la Nuit // De André Téchiné. Avec Catherine Deneuve, Kacey Mottet Klein et Oulaya Amamra.


André Téchiné décide avec L’Adieu à la Nuit de raconter l’enrôlement d’un français dans le monde islamiste radical. C’est un film complexe qui ne tombe pas toujours juste mais se repose sur un casting réussi. Notamment Catherine Deneuve, brillante en mère perdue qui veut tout faire pour sauver son petit-fils des griffes de Daesh. L’avantage de L’Adieu à la Nuit est de ne jamais tomber dans les pièges les plus pompeux du genre, ce qui est à mon sens légèrement problématique dans d’autres fictions du genre. Le film reste alors simple et direct, sans passer par des aller-retours narratifs ennuyeux qui auraient alors alourdis plus que nécessaire ce récit. Le film mélange également les genres, ce qui permet de rester à chaque fois éveillés à ce que celui nous raconte. André Téchiné parvient alors à délivrer la substantifique moelle de son sujet sur un plateau d’argent, en choisissant de nous offrir un véritable film fort sur la radicalisation religieuse (qui est l’un des fléaux de nos époques) et qui est un sujet qui méritait d’être traité sur cet angle familial. Mais ce que je regrette malgré tout, c’est le manque par moment de profondeur du récit.

Muriel est folle de joie de voir Alex, son petit-fils, qui vient passer quelques jours chez elle avant de partir vivre au Canada.  Intriguée par son comportement, elle découvre bientôt qu’il lui a menti. Alex se prépare à une autre vie. Muriel, bouleversée, doit réagir très vite…

Disons que André Téchiné fait et utilise tout ce qu’il sait faire, ce qui laisse par moment le film dans une certaine forme de sensibilité pas toujours payante. La difficulté d’aborder un tel sujet rend donc le film parfois étroit, ce qui ne permet pas de parler de la globalité de ce sujet. La radicalisation est donc plutôt suggérée que réellement mise en avant dans l’histoire, alors que L’Adieu à la Nuit préfère se concentrer sur l’histoire de Muriel, qui tente de sauver son petit fils, et Alex qui prépare son départ vers la Syrie. Le film utilise alors une narration mécanique qui ne prend pas toujours mais qui soutient tout de même un scénario suffisamment solide. Kevin Mottet Klein parvient à incarner un personnage troublant, mais je regrette qu’il ne soit pas toujours suffisamment profond dans son interprétation. Catherine Deneuve lui vole alors souvent la vedette ce qui est à mon sens le plus regrettable ici. Surtout que le film manque cruellement d’échanges passionnants entre les deux personnages, laissant souvent les deux divagues dans leurs occupations.

Note : 6/10. En bref, un sujet difficulté abordé correctement.

Date de sortie : 24 avril 2019

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours

Commenter cet article