Critiques Séries : All Rise. Saison 1. Pilot.

Critiques Séries : All Rise. Saison 1. Pilot.

All Rise // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Avec All Rise, CBS compte bien bousculer un peu le système judiciaire en mettant en scène une juge afro-américaine qui compte bien changer la donne. Bien entendu, All Rise se repose surtout sur Simone Missick (Luke Cage, The Defenders, Altered Carbon) qui a fait son bout de chemin sur Netflix récemment. Sauf que … All Rise manque d’un élément essentiel dans les fictions judiciaires : de réalisme. Les scénaristes auraient pu passer du temps dans n’importe quelle cour de justice sans que cela n’ait d’importance car finalement tout ce que la série fait aurait pu être fait n’importe où n’importe comment. Les dialogues moralistes, les caricatures des employés de cour de justice et j’en passe, tout passe et au final, cela passe assez mal à mon goût. Quand les dialogues présentés sont aussi décevants, forcément que la série aura du mal à décoller (à moins d’un miracle dans les prochains épisodes). J’ai toujours été un grand fan des fictions judiciaires et je dois avouer que CBS tombe encore une fois sur un os ici. Pourtant, l’idée de mettre des femmes à l’honneur est louable et donne lieu à de jolis moments mais tout semble déjà vu et rien ne parvient à être à la hauteur de l’originalité dont voulait faire prendre le point de départ de la série.

En dépit du dévouement de ses avocats, juges et autres procureurs chargés d'assurer le bon fonctionnement de la machine judiciaire, l'envers du décor de la justice américaine peut parfois se révéler absurde, voire chaotique. Et quand Lola Carmichael, adjointe respectée du procureur à Los Angeles, est fraîchement nommée juge, la jeune femme entend profiter de sa nouvelle position pour apporter sa pierre à l'édifice. Saura-t-elle composer avec les limites du système et se remettre en question ?

L’ensemble manque de crédibilité et les affaires sont bien trop classiques pour donner l’impression que les scénaristes avaient des idées dans leur tête (sauf peut-être celles qu’ils ont récupéré dans d’autres séries judiciaires). Là où Law & Order parvient à rendre son univers crédible, où The Good Wife avait su créer quelque chose de fascinant, drôle et intelligent, où David E. Kelley a toujours prouvé son goût pour les cas qui veulent faire changer la justice américaine, All Rise ne changera rien. All Rise entre dans une case dès le premier épisode et ne semble pas avoir la capacité d’en sortir rapidement. L’idée de présenter une juge qui ne veut pas suivre la justice comme toutes les autres aurait pu donner quelque chose, mais au final, il ne se passe strictement rien et c’est bien là le problème. Quand est-ce qu’une série judiciaire de ce genre là saura être suffisamment intéressante et crédible pour donner au téléspectateur autre chose que l’impression que l’on est déjà en train de se moquer de nous. Mais quand un scénario ressemble à un document Word copié-collé de tout un tas d’autres trucs pas franchement bons, alors je n’ai pas envie de voir bien plus loin que le bout de mon nez. Les intentions sont parfois les bonnes mais encore faut-il savoir écrire un scénario…

Note : 4/10. En bref, All Rise me donnait envie et malgré la présence d’un lead intéressant, le tout est peu inspiré et surtout peu crédible. Dommage.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article