Marianne (Saison 1, 8 épisodes) : l'horreur à la française

Marianne (Saison 1, 8 épisodes) : l'horreur à la française

Nouvelle incursion de Netflix dans le monde des séries françaises, Marianne portait aussi un projet ambitieux : celui de faire une série d’horreur française. Et vous savez quoi ? Ca fonctionne ! Cette série s’avère suffisamment intelligente et ludique pour nous plonger dans son univers, aux jump-scares parfois un brin abusifs mais qui savent toujours comment nous faire passer un bon moment. Là où je m’attendais à une énième série ratée de la part de Netflix en France, Marianne s’offre suffisamment de bonnes idées pour nous offrir un spectacle qui mérite bien d’être exportée pour montrer nos capacités. Créée par Samuel Bodin (T.A.N.K; Lazy Company), la série est parfois imparfaite mais semble parvenir à faire fonctionner son univers du début à la fin, qui parvient à nous offrir des décors efficaces, de l’horreur réussie et ce malgré des retournements de situation bien trop prévisibles.

Emma, jeune romancière acerbe, découvre avec horreur que les personnages monstrueux qu’elle a créés dans sa série de romans horrifiques sont réellement en train de prendre vie dans la petite ville où elle a grandi...

Marianne c’est donc avant tout un produit étonnant avec des intentions louables sur une plateforme comme Netflix. Cela permet de faire rayonner nos productions françaises même si certains crient déjà à l’horreur. Marianne n’est pas ratée. En tout cas pas pour moi. Si la comparer à The Haunting of Hill House sera très compliqué, je dois avouer qu’il y a quelque chose qui fonctionne très bien ici et qui donne l’envie au téléspectateur d’aller au bout de l’aventure. Le talent derrière Marianne est plutôt honorable lui aussi, même si quand on réfléchit par moment, la série pourrait encore s’améliorer. Mais cet univers terrifiant et parfois même jubilatoire, parvient à nous embarquer dans les aventures d’Emma (mais aussi de Marianne) sans difficultés. Victoire du Bois est alors à l’aise avec son personnage d’héroïne renouant par moment avec l’esprit Stephen King dans cet univers de petite ville perdue en France.

La série n’oublie pas de séduire plusieurs typologies de publics, notamment les aficionados d’horreur. C’est gore quand il faut et c’est dans ce genre de moments que j’arrive à apprécier aussi un peu plus Marianne. On peut donc dire ici que Netflix a pour moi trouvé le projet ambitieux qui valorise nos productions plus que ce qu’ils ont proposés jusqu’à présent (même si Family Business était réussie à mes yeux également). La série trouve aussi moyen de respecter le monde de l’horreur et ses codes avec des personnages qui valent le détour. La série n’oublie pas pour autant de nous faire jubiler avec une dose d’humour bien sentie et voulue qui apporte forcément une autre lecture à cet univers.

De plus, Marianne sait rester intrigante (même si l’on comprend rapidement ce que sera le dénouement final) dans sa façon de faire évoluer ses personnages au travers de l’histoire. Victoire du Bois apparait alors de son côté comme une sorte de révélation qui illumine la série du début à la fin grâce à un jeu convaincant, aidé par des dialogues corrects et efficaces. Au final, Marianne a beau ne pas être la meilleure série du monde, c’est pour moi la meilleure proposition de Netflix dans nos contrées ce qui est aussi engageant et peut donner l’envie de plonger dans les ambitions de Netflix en France. Grâce à cette héroïne que l’on a parfois envie de gifler, mais à laquelle on s’attache finalement rapidement, Marianne sait comment nous éprendre de son aventure sans difficulté et c’est une belle réussite en soi.

Note : 7/10. En bref, incursion réussie par Netflix dans l’horreur à la française.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article