Critique Ciné : Banlieusards (2019, Netflix)

Critique Ciné : Banlieusards (2019, Netflix)

Banlieusards // De Kery James et Leila Sy. Avec Kery James, James Diangana et Chloé Jouannet.


Banlieusards reprend le titre polémique de 2008 de Kery James. Il parlait alors d’espoir au fond des banlieues et qu’il fallait oublier les prétextes qui duraient qu’un jeune de banlieue ne peut pas réunir à gravir l’échelle sociale. Et ce film, proposé sur Netflix, est une assez bonne surprise. Si le film suit malheureusement les schémas classiques de la banlieue, il apporte une approche politique intéressante. Co-réalisé avec Leila Sy (qui réalise pas mal des clips de Kery James depuis des années), le film veut mettre un coup de pied dans la fourmilière en racontant cette histoire d’une fratrie dans une banlieue du Val de Marne.

Dès le départ, le film enfonce le clou envers les politiques français et dénonce : l’Etat ne serait-il pas le seul responsable de la situation actuelle des banlieues en France ? C’est quelque chose qu’il a déjà abordé dans son rap depuis plus de vingt ans maintenant. Mais c’est au cinéma qu’il a décidé de poursuivre cette histoire que je salue car donner la parole aux banlieues n’est pas ce qu’il y a de plus facile.

Trois frères issus d’une banlieue sensible de la région parisienne. Soulaymaan, élève avocat à Paris, réussit brillamment ses études. Son chemin croise celui de Lisa face à laquelle il débat sur la responsabilité de l'État dans la situation actuelle des banlieues lors de la finale d'un célèbre concours d'éloquence. Demba, l’aîné, vit aux rythmes du trafic et de la rue. Leur petit frère Noumouké, 15 ans, cherche encore sa voie, et doit choisir auquel de ses deux grands frères il veut ressembler. Une bagarre, un coup de feu, un drame.

Au delà de cet engagement politique, Banlieusards fait aussi l’état de la banlieue. Derrière des dialogues parfois un peu tirés par les cheveux, le scénario est beau. Il est soigné et parvient à rendre cette aventure terriblement fluide. On entre alors facilement dans cet univers avec les facilités qu’il peut y avoir, mais qui dans le fond ne sont pas si dérageantes que ça. Au départ pourtant, dans sa façon de faire état des banlieues, Banlieusards ressort des poncifs mais… la mère de ces trois garçons est tellement touchante que derrière les clichés ce personnage parvient à nous faire pénétrer cet univers avec une vraie sensibilité et un regard étonnant.

Malgré quelques membres du casting qui surjouent aussi un peu leurs rôles, globalement il n’y a pas grand chose à redire de Banlieusards. Dans ces trois frères, deux ont des destins opposés et le troisième va alors devoir faire un choix : la banlieue pour s’en sortir. Mais constamment, Banlieusards ajoute du poids à ses propos engagés politiquement, notamment sur la situation des banlieues actuelles et le fait que l’Etat laisse ces jeunes sans le moindre espoir de sortir de là. Je trouve ça poignant et suffisamment bien fait pour faire de Banlieusards un film réussi.

Note : 8/10. En bref, un état des lieux réussi au scénario et dialogues réfléchis et mise en scène soignée.

Date de sortie : 12 octobre 2019 - Directement sur Netflix

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article