Critiques Séries : Watchmen. Saison 1. Episode 2.

Critiques Séries : Watchmen. Saison 1. Episode 2.

Watchmen // Saison 1. Episode 2. Martial Feats of Comanche Horsemanship.


« Martial Feats of Comanche Horsemanship » est une occasion pour Watchmen et donc Damon Lindelof et Nick Cuse de développer leurs histoires, mais aussi de mettre tout cela en parallèle avec des secrets qui viennent ajouter des questions supplémentaires. Notamment quand Angela découvre un uniforme du KKK dans le placard de Judd. Et en guise de révélation, je dois avouer que celle-ci est étonnante, mais permet de rappeler que certaines histoires ont souvent plus de matière qu’elles n’en donnent l’impression.

Regina King est encore une fois l’élément le plus fascinant de cette nouvelle version de Watchmen. Et elle donne au personnage d’Angela des nuances différentes et particulièrement palpitantes. En continuant de développer ce personnage, notamment en contemplant la relation entre Angela et Judd, alors Watchmen continue de me fasciner. Judd a rempli son rôle de mentor, de figure paternelle, de patron, et d’ami pour Angela. Don Johnson (Nash Bridges, Deux flics à Miami) est lui aussi parfait sous les traits de Judd dans la série et installe forcément une présence forte au milieu d’une galerie de personnages déjà tous fascinants.

Au delà de ça, les créateurs de la série semblent de plus en plus s’amuser avec le temps. Ce n’est pas comme s’ils n’avaient pas déjà fait ça précédemment (on vous rappelle Lost ?), mais ils semblent surtout être plus à l’aise avec cette utilisation dans ce second épisode que dans le premier. Mais ce n’est pas seulement dans le flashback, mais un épisode qui révèle aussi plein de petites informations qui ont un impact important sur l’épisode dans sa globalité. La mort de Judd à la fin de l’épisode précédent était un moment important qui permet aussi à Watchmen de nous balancer dans l’histoire de la saison et enfin dans une ambiance bien plus sombre.

La série ne laisse jamais de répit aux personnages non plus, délivrant scènes d’action sur scènes d’action. Notamment Angela quand elle se fait prendre par surprise par un terroriste chez elle qui lui tire dans l’estomac. Quand Angela se réveille, Judd est là pour la rassurer et lui enlever ses peurs. Mais le fait que Judd soit toujours présent est là aussi intéressant, permettant d’insuffler une lueur dans la personnalité d’Angela qui me plaît et surtout de comprendre un peu mieux la relation entre les deux personnages, même si Judd est désormais pendu et mort.

L’un des évènements les plus intéressants des trois dernières décennies (dans la série) prennent la forme de la Blue Wave. Après les évènement du 2 novembre, et la mauvaise communication qui a laisse sous entendre que Dr Manhattan a donné le cancer à ceux dont il était proche, les citoyens américains sont alors devenus terrifiés par la technologie. C’est aussi une façon intéressante d’expliquer la place de la technologie et comment celle-ci a évolué.

Nous avons aussi ‘American Hero Story’ qui apparait comme une satire amusante de American Crime Story (et American Horror Story). La série dans la série nous offre de jolis moments là aussi et permet à l’univers de Watchmen de continuer son développement à sa façon. Et surtout quand Hooded Justice (incarné par Cheyenne Jackson) décide de narrer les pensées d’Angela et sa propre rage. La narration de Watchmen est parfois étrange mais elle est fascinante et cet épisode poursuit le joli travail effectué dans l’épisode précédent. Mais la seule chose dont on peut être sûr sur Hooded Justice pour le moment c’est qu’il était gay.

Ozymandias (Jeremy Irons) de son côté incarne parfaitement son rôle de narcissisme que je trouve assez fascinant sur bien des plans. Comme promis dans l’épisode précédent, Adrian met en scène sa production de The Watchmaker’s Son. La scène est amusante mais bon, de là à brûler vivant des gens pour le simple divertissement de notre narcissiste, je dois avouer que c’est amusant. Je suppose qu’il y a encore des choses à apprendre sur lui dans les prochains épisodes, mais avec tellement de personnages au centre de Watchmen, la série ne se perd pas et ne perd pas le fil. Elle se révèle petit à petit, tout en laissant au centre de tout cela Angela incarnée par une Regina King qui n’aura de cesse de me surprendre. Mais cet épisode nous laisse avec pas mal de questions encore en stock : quel genre de message William voulait laisser à Angela ? Est-ce qu’elle dira aux autres détectives ce qu’elle a découvert ? Est-ce que Ozymandias romance la création de Dr Manhattan car il a utilisé la même méthode quand il a tenté (et raté) de tuer les êtres dotés de super-pouvoirs ? Ce dernier risque bien de devenir l’un des personnages les plus intéressants mais pour le moment Watchmen fait encore beaucoup de rétention d’informations. Et c’est dommage.

Note : 9/10. En bref, encore une belle réussite pour Watchmen.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article