The Politician (Saison 1, 8 épisodes) : j'ai un rêve... devenir Président

The Politician (Saison 1, 8 épisodes) : j'ai un rêve... devenir Président

Après avoir signé un accord à plusieurs millions de dollars, Ryan Murphy et Brad Falchuk ont quitté l’écurie de FOX pour rejoindre …Netflix. The Politician est le premier né d’une longue série de nouvelles séries (même si celle-ci est la dernière née sous son contrat avec FOX et Netflix l’a récupérée). Créée par Ryan Murphy, Brad Falchuk et Ian Brennan, les trois créateurs de Glee, The Politician retrouve le côté pop de la série musicale de FOX et ses moments de musical pour nous embarquer dans une aventure politique satirique et amusante. On retrouve bien évidemment les défauts et les qualités des créateurs dans toute cette saison mais je dirais que c’est presque pour le meilleur. Car même dans ses défauts, The Politician se trouve être une série innocente et attachante, cachant la misère derrière cette satire politique qui change dans le paysage audiovisuel américain.

On nous plonge alors rapidement dans l’histoire de Payton Hobart, incarné par l’excellent Ben Platt (qui a gagné récemment un Tony Awards), un élève un peu particulier qui a une vraie ambition : celle de devenir Président des Etats-Unis. Enfin, il pense depuis qu’il a sept ans qu’il va le devenir. Le parcours politique de Payton est l’un des éléments clés de cette première saison et de la série dans sa globalité, parsemé de rencontres amusantes et de personnages hauts en couleur. La première saison se concentre sur sa course pour devenir Président des élèves au lycée Saint Sebastian et doit trouver un moyen d’entrer à Harvard car comme il le dit si bien « j’ai envie de dire au monde que je viens de Harvard ». Ce dernier point donnera d’ailleurs lieux à une rencontre amusante avec Harvard.

Payton Hobart, riche élève de Santa Barbara en Californie pressentait depuis l’âge de sept ans qu’il deviendrait un jour Président des États-Unis d’Amérique. Mais avant, il devra relever le défi du parcours politique le plus semé d’embûches… Au lycée Saint Sebastian. Pour se faire élire Président du Corps Étudiant, s’assurer une place à Harvard et conserver son statut d’élève modèle, Payton devra se montrer plus rusé que ses impitoyables camarades de classe, sans pour autant sacrifier sa propre éthique et sa réputation exemplaire.

The Politician s’amuse aussi bien de son héros que de ses camarades eux aussi prêt à tout pour arriver à la place de Président des élèves. La série veut clairement faire passer des messages de tolérance par moment, notamment autour de son héros, gay, qui a une ambition et des valeurs qu’il veut transmettre (au risque de parfois les transgresser). Si The Politician montre ce que l’on peut faire pour arriver à ses fins, il y a quelque chose de terriblement humain chez ce personnage qui m’a tout de suite touché. Derrière cette carapace qu’il se forge au fil des épisodes se cache aussi quelqu’un de terriblement sensible qui nous permet de nous attacher rapidement.

C’est donc pour cela que The Politician décide de mélanger des éléments que Ryan Murphy et ses comparses connaissent bien : la comédie, le musical, le drama de lycée et la satire politique vient alors s’ajouter. La série se veut moderne et elle a toutes les qualités nécessaires, tout en discutant de sujets très actuels au travers de ses personnages et son héros. La série apporte aussi son soutien à la communauté LGBTI+, alors que le héros a de quoi facilement devenir une icône "queer" sans pour autant que The Politician ne cherche à trop le montrer. Elle cherche juste à faire passer des messages par des voix que l’on n’entend finalement pas autant que d’autres dans le monde actuel. C’est là que l’engagement de Ryan Murphy continue de faire sa route et je trouve le parcours de Payton ici assez touchant.

La série n’a pas froid aux yeux pour discuter de tabous de la société, tout en restant suffisamment soft pour être capable de séduire un grand public familial (ce que Netflix cherche aussi). C’est là que The Politician cherche aussi à parler de sexualité. Payton est en couple avec Alice sauf que son grand amour c’est… River. Et River est l’opposé complet de Payton dans tout ce qu’il peut faire et être dans la vie. L’histoire de Payton et Alice est touchante, mais son amour pour River aussi. Il y a donc une sorte de triangle amoureux qui se met en place et qui devient au fil des épisodes attachant.

Mais The Politician a aussi d’autres qualités, notamment Jessica Lange (American Horror Story) qui peut justifier à elle seule de au moins jeter un coup d’oeil à la série. Et Gwyneth Paltrow (vu chez Murphy dans Glee) qui elle aussi s’assoie rapidement dans la série et parvient à nous offrir une petite cerise sur un gâteau déjà bien chargé, mais plutôt réussi.

Note : 7/10. En bref, difficile de ne pas tomber sous le charme de The Politician et ses personnages, son univers, qui ressemblent à tout ce que les fans de Ryan Murphy et ses comparses peuvent espérer.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

Elise 02/10/2019 21:04

Tout à fait d'accord avec ton analyse, je regretterai peut-être simplement le saut dans le temps, un peu rapide... Vivement la saison 2!