Critique Ciné : Hors Normes (2019)

Critique Ciné : Hors Normes (2019)

Hors Normes // De Olivier Nakache et Eric Toledano. Avec Vincent Cassel, Reda Kateb et Hélène Vincent.


Inspiré d’une histoire vraie, Hors Normes met en scène ces gens qui ont décidé de s’occuper de ceux dont personne ne veut s’occuper. Au travers du handicap (ici l’autisme) et d’un propos social engagé, le film parvient à créer à de nombreuses reprises des séquences d’émotion pures qui en font une belle réussite. Je n’avais pas été autant touché au cinéma depuis un sacré bout de temps et je dois avouer que cela m’a mis un vrai coup. Le film est par ailleurs intense et cette intensité est mise au service de cette belle histoire, sans jamais tomber dans le pathos dégueulasse du genre. Au contraire, Hors Normes ne cherche pas à nous apitoyer sur le sort des personnages mais plutôt à nous faire partager l’envie de les aider. C’est un vrai appel à l’espérance que le film nous offre, une envie d’aller au delà des frontières de la société qui a décidé elle seule du destin de ces jeunes gens dont personne ne veut s’occuper. Le film cherche également à véhiculer un message positif sur la place de ces jeunes des banlieues dont la société ne veut plus et qui trouvent ici une façon de se construire une place dans la société. Car au fond, Hors Normes ce n’est pas qu’un film sur des enfants et ados autistes, c’est avant tout un film humain aussi sur ceux qui sont là pour les accompagner.

Bruno et Malik vivent depuis 20 ans dans un monde à part, celui des enfants et adolescents autistes. Au sein de leurs deux associations respectives, ils forment des jeunes issus des quartiers difficiles pour encadrer ces cas qualifiés "d'hyper complexes". Une alliance hors du commun pour des personnalités hors normes.

L’histoire la plus touchante de Hors Normes est clairement la relation entre Dylan et Valentin. Dylan, un garçon perdu que la société a laissé sur le carreau et qui trouve dans cette association l’envie de vivre, de se faire une place dans la société. Et Valentin, ce garçon autiste loin d’être facile à vivre qui va petit à petit changer, nomment grâce à sa relation avec Dylan. C’est pour moi cette relation qui fait vraiment le coeur intéressant de Hors Normes et probablement le plus beau symbole de ce que le film veut nous raconter. Bien entendu, Bruno et Malik sont quant à eux bons aussi et c’est au rythme de leurs aventures à la tête de leurs associations que Hors Normes vit. Il faut bien avouer que Vincent Cassel et Reda Kateb forment un très joli duo qui fonctionne dès le début et qui insuffle au film un véritable rythme digne d’un thriller haletant. La façon dont l’histoire nous fait traverser Paris en long et en large, dans leur vie professionnelle mais aussi leur vie personnelle est teinté de beaucoup de bravoure. Il y a clairement de quoi donner envie d’aider ses jeunes en allant voir Hors Normes et surtout passer un moment de cinéma « hors normes ».

Note : 9/10. En bref, très beau film sur ces gens de l’ombre qui agissent pour les autres.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article