Critiques Séries : Into the Dark. Saison 2. Episode 2.

Critiques Séries : Into the Dark. Saison 2. Episode 2.

Into the Dark // Saison 2. Episode 2. Pilgrim.


Dans sa médiocrité constante, Into the Dark ne s’est pas vraiment améliorée cette année, même si « Pilgrim » a un intérêt particulier à mes yeux. Ecrite par les créateurs de la franchise The Collector / The Collection dont un troisième volet est en préparation, « Pilgrim » part déjà avec un atout charme. C’est Marcus Dunstan, réalisateur de la franchise qui s’est chargé de mettre en scène cet épisode de Into the Dark et on retrouve clairement sa patte dans la mise en scène. Ce côté jaunâtre n’est pas sans rappeler ce que l’on a vu dans ses précédentes oeuvres (dont aussi The Neighbor). Malgré toutes les qualités que je peux trouver à ces scénaristes, « Pilgrim » ne brille pas forcément. Le plus gros défaut de cette histoire est son côté totalement peu plausible qui gâche au final l’idée de départ. L’épisode cherche à créer une atmosphère qu’il a énormément de mal à développer de façon soignée. En dehors du visuel qui est plutôt bon, l’histoire manque cruellement de saveur. Ce n’est pas sans rappeler l’autre film, The Neighbor, que les créateurs de « Pilgrim » on fait auparavant au cinéma et qui n’était pas aussi passionnant que leur franchise.

Une femme invite des acteurs afin de produire un authentique première Thanksgiving pour sa famille et ses amis. Cependant, les choses vont prendre un chemin étrange lorsque les acteurs vont refuser de sortir de leurs personnages.

Mais comme j’aime bien les choses paradoxales, je dois avouer que « Pilgrim » a son intérêt dans pas mal de choses et notamment le fait qu’il ne cherche pas nécessairement à faire peur et simplement jouer sur la psychologie des personnages et des éléments un brin plus sanguinolents. Thanksgiving a une définition toute particulière dans le coeur des américains, du coup c’est une fête intéressante pour la base d’un film d’horreur. Mais même si « Pilgrim » a du mal à sortir quelque chose de très original de son chapeau, il cherche tout de même des éléments de surprise qui peuvent avoir leur intérêt et offrir un divertissement tout à fait honorable. Les fameux « Pilgrim » sont alors plus ou moins tournés en dérision dans des dialogues pas toujours inspirés et c’est probablement là l’erreur de Into the Dark. Car ce qui fonctionne dans The Collection c’est l’ambiance et pas vraiment les dialogues, et la façon dont le héros tente de se sortir de cette maison de la torture extrême. Là, on se croirait un peu dans la tentative de la part de M. Night Shyamalan avec The Visit mais ce dernier était réussi.

Note : 4.5/10. En bref, tentative louable pas totalement ratée mais sacrément mal fichue.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article