Critiques Séries : Mr Robot. Saison 4. Episode 11.

Critiques Séries : Mr Robot. Saison 4. Episode 11.

Mr Robot // Saison 4. Episode 11. eXit.

 

Avant le dernier épisode de la série, Mr Robot continue de nous offrir de belles surprises. On reprend l’histoire là où on avait laissé la fin de l’épisode 4.09 où Whiterose se transformait. Si cet épisode n’est pas brillant, il l’est d’un point de vue narratif. Disons que visuellement ce n’est pas l’épisode le plus impressionnant que l’on ait pu voir de Mr Robot, mais quand on creuse l’histoire et la façon de faire, Sam Esmail continue de jouer avec notre esprit et il le fait de façon brillante. Cet épisode démarre dans une réalité et se termine dans un tout autre endroit, rendant le tout d’autant plus impressionnant et confus à la fois. Car le but est aussi de nous donner envie de voir la suite de Mr Robot. 

 

J’aurais eu du mal à imaginer que Whiterose soit arrêté par le FBI à la fin de « 409 Conflict » et de ce point de vue là j’avais raison. On découvre que la fin de l’épisode 9 aurait été trop simple si cela avait été fait de cette façon. Bien que cet épisode décide de tuer énormément de monde (notamment sur le site nucléaire de E Corp), il décide de laisser la violence dans le fond, en arrière plan. On voit les cadavres s’enchaîner mais pas la violence qui a conduit à ce carnage. 

 

Puis nous avons la scène de Darlene et Elliot sur le parking du motel. C’est là aussi un grand moment de télévision pour ces deux personnages. Il y a une vraie volonté de fermer un chapitre et surtout celui de Mr Robot. On a même l’impression pour notre plus grand plaisir qu’elle sépare son frère de son alter ego « Mr Robot ». Elliot veut arrêter la machine de Whiterose et il veut le faire à sa façon (ce qui pourrait conduire inéluctablement à sa perte si l’on en croit la fin de l’épisode dans la première dimension). La question est alors de savoir si la seconde dimension, celle qui suit les explosions dans la centrale nucléaire, est la vraie réalité (et que tout Mr Robot n’est qu’un rêve) ou que c’est simplement une sorte de Paradis. 

 

Du coup Elliot part pour le New Jersey et plus particulièrement le Washington Township Plant qui devrait être bien gardé (sauf que l’on sait que ce n’est pas le cas d’une certaine façon). La scène du lieu d’interrogatoire n’est pas sans rappeler un lieu déjà vu dans la série (ou assez similaire pour me le faire remarquer) : celui où Angela est questionnée dans un épisode de la saison 2). C’est donc ici que Whiterose et Elliot vont avoir leur dernière confrontation (qui va conduire au suicide de Whiterose). La façon de faire est assez brillante tant le petit jeu est même une autre façon pour Mr Robot de délivrer quelque chose de brillant, laissant le téléspectateur une fois de plus dans le flou. D’autant plus que la scène de Whiterose et Elliot dure 11 minutes. J’ai sauté de ma chaise quand j’ai remarqué la durée car on a l’impression que c’est trop court. Une fois de plus Mr Robot démontre qu’elle est une série brillante dans sa manière de maîtriser le temps. Elle aime les longues scènes mais ce ne sont jamais des pertes de temps.

 

Puis on passe dans une autre réalité, ce qui nous permet par exemple de retrouver… Angela. Et son appartement à New York. Dès le début de cette scène, on sent que c’est un autre Elliot que l’on voit à l’écran et que quelque chose ne se passe pas comme prévu. Nous avons Allsafe, F Corp (et non E Corp) et je me demande vraiment ce que Mr Robot nous prépare avec tout ça, surtout avec la rencontre des deux Elliot à la fin de l’épisode. 

 

Note : 9/10. En bref, je reste étonné de la capacité de cette série à nous prendre toujours de court. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

tim 19/12/2019 22:36

On note aussi que dans cette seconde réalité, Eliot est fils unique.