Critiques Séries : Mr Robot. Saison 4. Episodes 12 et 13.

Critiques Séries : Mr Robot. Saison 4. Episodes 12 et 13.

Mr Robot // Saison 4. Episodes 12 et 13. Whoami / Hello, Elliot.

SERIES FINALE

 

Mr Robot nous aura bien baladé cette année et surtout dans l’esprit de son héros, Elliot. Alors qu’il y avait un indice sur le fait qu’une autre personnalité vivait dans l’esprit du héros, Mr Robot nous révèle qui est cette dernière personnalité dans cet épisode : le Mastermind, un Elliot différent qui n’est pas le vrai Elliot non plus pour autant. La série joue d’ailleurs très bien là dessus dans le dernier épisode, notamment en reprenant des vieux passages de la série qui auraient dû nous donner des indices sur la fin de la série. Quand on voit Angela, Darlene, etc. dire à Elliot « You’re not the same » ou d’autres phrases dans ce genre là, on comprend tout de suite mieux. 

 

C’est donc ce Elliot là qui a créé F Society, qui s’est aussi créé un monde où tout est bien pour se sentir en sécurité dans son esprit. Bien que cela semble assez facile de penser que l’on s’est fait rouler par la révélation dans la seconde partie de cette fin de série, notamment sur le fait que le twist n’a pas été préparé réellement depuis le départ dans l’ADN de la série, Mr Robot parvient malgré tout à rendre le tout fascinant. Car ces deux derniers épisodes m’ont complètement retourné le cerveau, laissant alors une fin de série fascinante. C’est même l’une des fins les plus fascinantes que j’ai pu voir ces dernières années, laissant de côté tout un tas de séries finale plus ou moins réussis. 

 

L’obsession de la série autour de son héros continue donc de faire pas mal de révélations ici alors que « whoami » se concentre sur ce monde de « rêve » où le Mastermind rêve de tuer le vrai Elliot pour prendre sa place. Sauf que ce n’est pas aussi facile que ça lui dit « Mr Robot ». J’aime bien la façon dont la série construit cet avant dernier épisode, notamment car cela change un peu des précédents, mais permet aussi de se plonger un peu plus dans l’esprit torturé du héros. 

 

Il y a un personnage absent dans cette réalité alternative : Darlene. Elle n’est pas sur les photos de famille, ni même dans la réalité en elle-même, ce qui permet aussi de se poser tout un tas de questions sur les actions du héros et la façon dont celles ci ont influencé son existence (et tué sa mère, rendu son père violent, etc.). Mais Elliott dans cette réalité alternative veut prendre la place d’Elliot (et de sa vie bien rangée) tout cela pour avoir Angela à ses côtés. La seule personne qu’il a réellement aimé. Elliot refuse aussi d’accepter la dure réalité des choses et notamment le fait que Angela est réellement morte et que rien ne pourra changer ce funeste destin. Il ne peut réaliser cela qu’une fois qu’il est dans le vrai monde, pas dans son esprit. Au final, ces deux derniers épisodes permettent de conclure intelligemment une série brillante qui n’est pas sans faire écho à tout un tas d’influences qui a forgé le caractère de Sam Esmail tout au long de la série.  

 

Note : 10/10. En bref, fascinant et brillant à la fois. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article