Lost in Space / Perdus dans l’espace (Saison 2, 10 épisodes) : où est passé mon robot ?

Lost in Space / Perdus dans l’espace (Saison 2, 10 épisodes) : où est passé mon robot ?

Plus d’un an après la première saison, le reboot de Perdus dans l’espace est de retour avec nos Robinson. La série décide alors de nous plonger dans de nouveaux mondes, mais je dirais qu’ils n’ont pas poussé le vice suffisamment loin cette année. Une saison 2 est toujours difficile à mettre en place. Pour autant, l’ambiance de la série reste assez similaire à celle de la première avec toujours des aventures rocambolesques. Les Robinson sont toujours en danger, que cela soit au bout d’une falaise, dans l’eau, dans des planètes étranges, et d’autre situations toutes plus sympathiques mais pas forcément originales par rapport à la première saison. 

 

A l’issue de la première saison, les Robinson et leur Jupiter 2 se retrouvaient sur une mystérieuse planète faite uniquement d’eau et surtout ils étaient sans leur robot. Ils vont devoir s’associer avec Dr Smith, notre manipulatrice en chef et Don West afin de trouver une solution. La série ne perd pas de temps et nous offre une fois de plus des décors à couper le souffle. On sent que Netflix a sorti une fois de plus le chéquier afin de faire en sorte que Perdus dans l’espace ne ressemble pas à une série de seconde zone mais bien à un évènement de fin d’année. Mais le spectacle donne souvent l’impression au fil des épisodes de répéter des schémas que l’on a déjà vu dans la saison précédente, ce qui n’ait pas forcément la meilleure chose qu’il soit. 

 

Perdus dans l’espace reste donc plus ou moins enfermée dans sa mécanique procédurale, et par moment donne donc l’impression de refaire ce qui a été fait précédemment. Mais avec moins d’originalité et moins de surprises. Les Robinson doivent donc une fois de plus jouer aux MacGyver de l’espace afin de se sortir de tout un tas de situations tout en offrant parfois quelques évolutions bienvenues aux personnages. Si Smith a perdu la confiance des Robinson, elle est réintégrée de façon assez étonnante dans l’univers de cette saison, sans pour autant créer de vraies surprises et je trouve cela assez problématique. 

 

Pour autant la saison 2 n’est pas totalement ratée et offre un divertissement familial efficace. Mais il aurait été de bien meilleur augure de changer un peu la donne et de créer des intrigues plus originales et peut-être aussi mieux fournies. Parker Posey reste donc l’actrice la plus intéressante au casting de la série, notamment car elle ajoute une vraie nuance à son personnage qui le rend tout de suite fascinant. La série révèle aussi un peu plus du passé des personnages sur Terre ce qui permet d’étendre différemment la mythologie de la série, mais sans vraiment changer non plus ce qui a déjà été établi dans la première saison. 

 

J’ai donc comme l’impression que cette saison 2 a été écrite trop rapidement, et que Netflix aurait sûrement dû donner plus de temps aux scénaristes pour construire quelque chose qui ne cherche pas à répéter de trop le schéma de la première saison. Malgré quelques idées ici et là plutôt efficaces qui donnent un certain rythme, la saison manque de surprises et surtout de révélations qui auraient pu rendre le spectacle plus vivant et donner l’envie de s’y intéresser plus longuement. Reste tout de même le terrain émotionnel de la famille Robinson que Perdus dans l’espace maîtrise suffisamment bien et qui ne fait pas défaut à chacun des personnages. Le tout en nous faisant voyager dans de nouveaux paysages inspirés. 

 

Note : 4.5/10. En bref, une saison en demi-teinte, trop répétitive de la première mais qui reste malgré tout assez solide pour donner envie de rester jusqu’au bout. Peut-Être car les Robinson sont finalement plus attachants que l’on n’aurait pu l’imaginer. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

christophe clerc-clement 30/12/2019 22:56

"ce qui n'ait pas forcément"... Aie ça pique les yeux!!