Critiques Séries : Avenue 5. Saison 1. Pilot.

Critiques Séries : Avenue 5. Saison 1. Pilot.

Avenue 5 // Saison 1. Episode 1. Pilot.

 

Hugh Laurie est de retour sur le petit écran et je dois avouer que l’idée de le retrouver dans une série sur HBO est une bonne nouvelle. Quand il était dans Veep sur HBO c’était jouissif à souhait, donc même si le genre comique reste avec Avenue 5, on passe dans le genre de la science-fiction, une occasion de raconter des histoires totalement différentes de ce que l’on a pu voir. Mais au delà de Hugh Laurie qui montre ses qualités à l’écran, l’ensemble de ce premier épisode était décevant. La série s’embourbe rapidement dans tout un tas de choses ici et ce n’est pas forcément pour le meilleur. Mais grâce à ce capitaine affable qu’est Ryan Clark (incarné par Hugh Laurie), Avenue 5 sort un peu de sa propre misère et parvient à accrocher son téléspectateur. 

 

Mais plus le temps passe et plus j’ai l’impression qu’il manque quelque chose dans Avenue 5. Peut-être est-ce de sarcasme ou d’humour. On ne sait pas trop, mais disons que la série a du mal à savoir ce qu’elle veut faire et propose alors tout un tas de trucs pas toujours aussi efficaces que l’on aurait pu le souhaiter. 

 

A la fin du XXIème siècle, le tourisme spatial n’est plus un fantasme mais une réalité qui rapporte des milliards de dollars. Fleuron de cette industrie, le paquebot spatial Avenue 5 embarque pour Saturne, emmené par le capitaine Clark. Mais cette traversée de la galaxie ne sera pas de tout repos, et les nerfs de l’équipage vont être soumis à rude épreuve.

 

Mais l’arrivée du billionnaire Herman Judd (incarné par Josh Gad) permet alors à Avenue 5 de décoller et de montrer un peu plus ce qu’elle a dans le ventre. C’est le PDG de Judd Galaxy qui est derrière Avenue 5, ce petit voyage de huit semaines pour Saturne. Bien entendu, Josh Gad est un bébé dans un corps d’adulte et c’est pile poil ce qu’il fallait pour apporter à la série un angle humoristique légèrement différent. Les excentricités de Judd sont alors amusantes et donnent à la série pas mal de matière pour potentiellement nous amuser dans les futurs épisodes. Mais en guise d’introduction, je dois avouer que je m’attendais à quelque chose de légèrement différent et peut-être de plus efficace. 

 

Ce premier épisode nous révèle tout de même un grand twist : Ryan n’est pas le « vrai » capitaine du vaisseau mais un acteur payé par le vrai capitaine, Joe, afin d’être le visage que les passagers et l’équipage va voir dans le vaisseau. Maintenant que Joe est décédé (forcément, il fallait un élément amusant), Ryan ne sait pas quoi faire et le seul truc qu’il sait faire c’est parler avec les passagers, calmer tout le monde et leur donner le sentiment qu’ils sont en sécurité. Alors que l’on sait très bien que ce n’est pas du tout le cas. On retrouve tout de même là dedans le style de Armando Iannucci (Veep) sans pour autant que cela ne soit aussi efficace que prévu. Les idées ne manquent pas mais méritent peut-être de laisser la série prendre son temps. 

 

Note : 5/10. En bref, introduction sympathique mais pas brillante. Fort heureusement Hugh Laurie brille là dedans. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article