Critiques Séries : Star Trek : Picard. Saison 1. Episode 1. Remembrance.

Critiques Séries : Star Trek : Picard. Saison 1. Episode 1. Remembrance.

Star Trek : Picard // Saison 1. Episode 1. Remembrance.

 

Alex Kurtzman et toute l’équipe de Star Trek Discovery n’ont pas chaumé et nous proposent une nouvelle série issue de l’univers Star Trek. Et ça fait plaisir de voir Jean Luc Picard héros d’une nouvelle série d’aventures. Le personnage était assez iconique dans Star Trek nouvelle génération pour mériter sa petite série bien à lui. Surtout quand le rôle est de nouveau incarné par Patrick Stewart. Il était pour moi parfait sous les traits de ce personnage et l’idée de le retrouver ici me plaît. Vingt ans après les évènements de Nemesis, Picard est maintenant quelqu’un de différent : un homme qui n’a ni équipage ni vaisseau. Il ne lui reste que sa mémoire. Il est maintenant bien posé dans ses vignes qui m’ont donné l’impression de plonger dans Une grande année le film de Ridley Scott (pas vraiment un film mémorable). Mais le décor change et c’est justement une bonne chose. Surtout que cela permet aussi de donner un tout autre point de vue de l’univers de Star Trek, en explorant ici quelque chose de plus proche de nous, et ramenant encore une fois des questions très humaines (et c’est l’une des forces de l’univers de Star Trek d’ailleurs). Il y a donc une certaine philosophie de vie bien mieux amenée ici que dans Star Trek Discovery et qui enclenche rapidement l’envie d’en voir beaucoup plus. 

 

Les nouvelles aventures de Jean-Luc Picard, capitaine de l'U.S.S. Enterprise dans la série Star Trek la nouvelle génération.

 

Trouver un bon équilibre entre le passé et le futur est complexe, surtout que Picard n’est pas un nouveau personnage mais un personnage déjà installé précédemment dans l’univers Star Trek. Mais le fait est que l’on retrouve un personnage familier malgré tout, ne serait-ce que par le fait que Patrick Stewart reprend son rôle. Le seul problème que j’ai pour le moment avec ce premier épisode c’est le fait que Star Trek : Picard semble avoir du mal encore à jongler entre tous les éléments qu’elle veut mettre en place. Il y a pas mal de choses présentées sur la table, des relations, des questions mais aussi une vraie histoire qui doit construire la saison mais le liant manque par moment afin de relier toutes ces idées autour d’une seule et même chose. 

 

Visuellement, cet épisode se fait sans erreurs. Hanelle M. Culpepper est une vétérance de la télévision et elle sait donner à l’ensemble une allure lumineuse et efficace qui ne donne jamais envie de sortir de l’épisode. Si la série peut très bien être suivie sans connaître le personnage de Picard auparavant, je dirais qu’il y a tout de même une nécessité de voir son histoire dans Star Trek la nouvelle génération. Peut-être car cela permet aussi de voir Picard sous un angle différent. L’introduction des intrigues de la saison se fait de façon plutôt intelligente, avec de la conspiration qui nous est balancée en pleine figure sans ménagement. En somme, ce premier épisode est un joli divertissement qui forge le point de départ de nouvelles aventures pour Picard, mais j’espère que la suite musclera l’ensemble. 

 

Note : 6.5/10. En bref, introduction réussie mais perfectible. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

Arianrodh 24/01/2020 12:23

L'Episode est bon, excellent même et comme dit, il balance beaucoups d'éléments dont certain (les synths et le "retour"? de Data, (re)crée par un positron, ce qui est une abherration totale niveau logique) manque de liant voire même vont a l'encontre de ce qu'est la Fédération (on voit Dahj dans un quartier franchement sombre et visiblement délaissés, et la décision limite génocidaire envers les êtres artificiels (doit on comprendre que le Dr du voyager et Vic Fontaine ont été détruit/desactivé voire effacés?!).
Pourtant comparativement a DIS, cet episode est incroyablement bien meilleur, beaucoups plus cohérent et logique que le pilote même de DIS, ce qui prouve bien que cette serie avait un sérieux problème d'ecritures et de rythme.

Pour moi, c'est une réussite, mais cela doit d'abord se voir avec la suite de la serie si elle mérite véritablement son titre de Serie Star Trek, ou si comme DIS, elle n'en a que le nom sans avoir le propos. Car je reste méfiante depuis qu'Hollywood surfe sur cet espece de vague qu'est lla nostalgie sans comprendre ce qui en avait fait un succès a l'époque (et surtout vu la réputation catastrophique de Kurtzman et Bad Robot a pouvoir revitaliser a long termes une license)