You (Saison 2, 10 épisodes) : l'amour rend t-il aveugle ?

You (Saison 2, 10 épisodes) : l'amour rend t-il aveugle ?

Je dois avouer que je ne m’attendais pas du tout à la révélation finale mais cela permet de lancer des hostilités intéressantes pour une hypothétique saison 3 (si Netflix a envie), notamment car l’on a l’impression de se retrouver dans la relation que Dexter entretenait avec la tueuse qui voulait tuer avec lui dans la saison 3 si mes souvenirs sont bons. La fin de cette saison est aussi très différente de la fin du roman, ce qui est assez fascinant dans un sens mais une prise de risque supplémentaire alors que la saison a tout de même mis plus de quatre épisodes à réellement démarrer. 

 

J’avais adoré la première saison et je dois avouer que j’étais curieux de voir ce qu’ils pouvaient faire de la suite des aventures de Joe Goldberg. Joe débarque à Los Angeles sous le nom de Will et rapidement, son passé vient le hanter. Mais est-ce finalement une bonne chose ? Pas toujours. Dans sa façon de gérer le temps la série est souvent stupide et fait des choix narratifs douteux quant à la façon de nous les révéler. Le début de saison est donc assez plan-plan, voire très ennuyeux. Il faut attendre l’épisode 5 et le retour de Candace pour que les choses prennent réellement une tournure intéressante. Les quatre premiers épisodes sont donc là pour nous présenter une galerie de nouveaux personnages mais l’on peut tout de même saluer la façon dont les scénaristes parviennent à renouveler l’histoire (sans casser ce qui a été bâti en saison 1). En changeant le décor et ajoutant des personnages intrigants pour certains, la série parvient alors à faire ce qu’elle devait faire pour éviter une saison trop répétitive.

 

Sauf que pour se remettre dans le bain, ce n’est pas si facile que ça. La tension monte petit à petit, notamment lors de la révélation finale de l’épisode 9 où je dois avouer être resté bouche bée. Même si je m’attendais à un twist autour de Love, je n’aurais jamais imaginé de telles révélations. Le final de la saison est tout de même sympathique, ce qui permet de relever légèrement le niveau d’une saison en dents de scie. Le fait que la saison ajoute aussi autant d’enjeux autour de tous ces personnages est assez étonnant mais pas toujours satisfaisant. Le premier enjeu pour Joe c’est son changement d’identité. Il prend celle de Will (Robin Lord Taylor) et s’installe avec l’envie de changer. C’est même ce qui va le pousser à laisser un personnage s’en sortir à un moment donné au début de la saison alors qu’il l’avait emprisonné dans sa chambre forte. 

 

L’histoire de Delilah est un enjeu supplémentaire de la saison et son agression sexuelle par Henderson (que Joe va tuer sans vraiment le vouloir, ou en tout cas le tuer pas comme il aurait voulu le tuer) a beau être intéressante dans le fond, la forme utilisée laisse alors souvent un goût amer, comme si les scénaristes n’avaient pas fini de travailler dessus avant de l’écrire. 

 

Et il y a Candace aussi. Si le retour de cette dernière réveille réellement la saison, ce n’est pas toujours fait de la meilleure des façons. Cependant, j’apprécie la façon dont les scénaristes cherchent à nous faire gagner en empathie envers le héros. Cela change un peu de ce que l’on avait pour habitude de avoir et je trouve ça intéressant. C’est pourquoi You décide donc cette année de mettre en avant la psychologie de ses personnages plutôt que le reste. C’est un choix judicieux mais pas toujours bien traité non plus. La première partie de la saison est donc assez ennuyeuse, avec des projets étranges pas toujours bien menés. Il faut attendre la seconde partie pour révéler la série et alors nous offrir un spectacle réussi, sans pour autant pousser mémé dans les orties. 

 

Note : 4.5/10. En bref, la seconde partie de la saison sauve une saison en demi-teinte qui a du mal à réunir intelligemment tous ses enjeux. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article