Esprits Criminels (Saison 15, 10 épisodes) : la traque est finie

Esprits Criminels (Saison 15, 10 épisodes) : la traque est finie

Quinze ans plus tôt débutait une série policière assez originale pour m’avoir captivé d’épisodes en épisodes. Il faut dire que Mandy Patinkin était parfait sous les traits de Jason Gideon et deux saisons et deux épisodes après, il s’en va et crache sur la série. C’est là que David Rossi (incarné par Joe Mantegna) débarque pour tenter de faire oublier Gideon, mais ce n’est plus pareil. Au fil des années, la série a su se renouveler et proposer des intrigues plutôt efficaces. Pourtant, certaines saisons ont été de vraies catastrophes, se tournant vers le torture porn de seconde zone. Les intrigues étaient alors de plus en plus ridicules et de moins en moins intrigantes. 

 

Cette saison s’est concentrée sur un serial killer en particulier, permettant de créer une vraie histoire à suivre sur dix épisodes sans perdre de temps avec des éléments ridicules. Everett Lynch aka Le Caméléon aura été à la hauteur de ce que l’on peut attendre d’Esprits Criminels, même si au fond toute la saison n’a pas toujours su bien exécuter toutes les histoires. Notamment car pour combler les trous, la série nous offre des intrigues procédurales moins palpitantes alors que tout ce qui nous intéresse ce sont les personnages. Mais dernière saison oblige, la série offre aussi le retour de plusieurs personnages comme Diana, la mère de Reid (incarnée par Jane Lynch). Ou encore lors du dernier épisode de faire un détour par la tombe de Jason Gideon, comme un petit clin d’oeil au personnage le plus intéressant d’Esprits Criminels, qui n’aura malheureusement pas été là très longtemps. Mais Mandy Patinkin a toujours été important dans l’histoire de la série et Esprits Criminels a toujours eu l’occasion de nous le rappeler parfois. 

 

La fin d’Esprits Criminels est aussi la fin d’une ère. Après 324 épisodes et quinze années d’enquêtes toutes plus tordues les unes que les autres, je dois avouer que cela me fait un petit pincement au coeur. Il était certes temps pour Esprits Criminels de s’arrêter, mais j’aurais presque apprécié qu’il y ait d’autres histoires (et pas en spin off car les deux spin off que la série a connu ont été les plus ridicules du monde). Esprits Criminels a aussi permis de développer les séries policières horrifiques proche de chez soi. Le fait que les enquêteurs aillent dans tous les recoins des Etats-Unis permet aussi de rapprocher certains personnages de la vraie vie des américains. Mais les américains sont fascinés par les monstres et Esprits Criminels a su en créer tout un tas. 

 

Cette dernière saison a aussi donné plus de place aux personnages pour se développer ce qui est plutôt fascinant sur bien des points. Notamment pour Reid qui a eu l’occasion d’avoir une fin intéressante, qui change un peu de ce que j’aurais imaginé au départ. Rossi et sa femme ont eux aussi une occasion de conclure le chapitre Esprits Criminels, même si ce n’est pas l’histoire la plus intéressante de la série. Le fait que je sois encore attaché à Esprits Criminels quinze ans après vient du fait que Jeff Davis a créé des personnages attachants, que l’on a envie de voir dans leurs vies et aussi être mis en danger. 

 

Au fil des années, Esprits Criminels a vu aussi défilé nombre de personnages différents (avec les problèmes qu’il y a eu avec le casting notamment les départs de Shemar Moore ou Thomas Gibson). Mais la fin de cette série permet de retrouver les personnages dans une ambiance parfaite pour fêter tout cela dignement. Même si Esprits Criminels n’est plus ce qu’elle a été, elle restera malgré tout une série qui a su s’imposer et développer des histoires originales à sa façon. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article