Intimidation (Saison 1, 8 épisodes) : secrets de polichinelle

Intimidation (Saison 1, 8 épisodes) : secrets de polichinelle

Adaptée de The Stranger, le roman de Harlan Coben (Safe) par lui-même et Daniel Brocklehurst (Safe, In the Dark, Ordinary Lies), Intimidation est la seconde série Netflix créée avec le romancier après Safe. Pour une mini-série, Intimidation reprend les codes de la série estampillée Harlan Coben et ça fonctionne assez bien. Rapidement, Intimidation nous plonge dans la vie d’Adam Price et tout ce qui va peu à peu se révéler alors que sa vie était d’apparence sans histoire au départ. Car Corinne a menti sur sa grossesse à l’époque ce qui remet en question tout un tas de choses dans la tête d’Adam et notamment de leur relation basée sur un mensonge. Si ce point de départ n’est pas celui d’un grand thriller c’est petit à petit, en cherchant la vérité, que Adam va tomber dans un engrenage pas forcément très réjouissant. Mais la façon dont la révélation est mise en scène permet de nous offrir un joli point de départ qui fonctionne assez bien. Petit à petit, Intimidation fait monter la sauce et la pression autour de cet évènement et de la charge émotionnelle que toute la série cherche à impliquer dans son thriller.

 

Adam Price mène une vie idyllique. Il a un bon travail, il a deux fils merveilleux et son mariage semble sans faille. Mais son bonheur va voler en éclats lorsque "The Stranger" dévoile un secret choquant au sujet de la femme d'Adam.

 

Mais la femme d’Adam disparaît du jour au lendemain et laisse un mot étrange. Mais pourquoi sa femme a voulu partir alors que cette histoire de grossesse a beau être un mensonge, au départ ce n’est rien. Si la série se suit plutôt bien, je trouve qu’ils auraient probablement pu réduire la saison à six épisodes au lieu de huit. Certains épisodes trainent la patte et ne parviennent pas à réellement donner à la série l’entrain que l’on peut attendre de la part de Harlan Coben. Il y a aussi certaines sous intrigues et certains personnages qui sont là inutilement et qui alourdissent le récit sans réellement lui apporter quoi que ce soit. Cela donne l’impression que ces petits personnages ont été ajouté par les scénaristes pour permettre de sur-développer en nombre d’épisodes une intrigue qui aurait pu tenir en beaucoup moins. Malgré ses gros défauts problématiques, Intimidation reste une série efficace qui nous plonge dans un univers sympathique. Ce n’est pas une série qui restera dans ma mémoire longtemps (comme Safe d’ailleurs), mais il y a tout de même de quoi nous offrir un divertissement distrayant et agréable. 

 

Si au milieu de la saison Intimidation ne laissait pas le soufflé retomber alors on aurait pu avoir quelque chose de réellement sympathique mais non, ils font durer certaines intrigues de trop ce qui laisse au milieu de la série un grand moment de flottement désolant. 

 

Note : 5/10. En bref, un divertissement dominical sympathique mais pas dénuée de défauts. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article