Critiques Séries : Dare Me. Saison 1. Episodes 1 et 2.

Critiques Séries : Dare Me. Saison 1. Episodes 1 et 2.

Dare Me // Saison 1. Episodes 1 et 2. Coup d’Etat / Mutually Assured Dustruction.

 

USA Network a souvent été connue pour des séries efficaces mais pas brillantes. Depuis Mr Robot, ils cherchent à changer complètement de ligne directrice et Dare Me fait clairement partie de ces changements. Créée par Megan Abbott (The Deuce) et Gina Fattore (Californication), il y a un petit côté Euphoria par moment mais en plus réussi aussi. Si le premier épisode est parfois pas à la hauteur des attentes, c’est le second qui révèle réellement le potentiel de la série. Megan Abbott adapte ici son propre roman. Je ne savais pas qu’il existait et je dois avouer que j’ai bien envie de voir plus de ces cheerleaders dans leurs amitiés souvent mises à mal par des évènements qui vont perturber la vie de chacun des personnages rapidement. Les personnages de Dare Me tentent d’oublier la vie qu’ils ont dans cette petite ville des Etats-Unis en buvant, se droguant, et en arborant des paillettes sur leurs visages qui ne sont que le reflet de leurs malheurs. Bien entendu, Dare Me n’a pas Zendaya qui incarne l’héroïne d’euphorie, mais Dare Me cherche à proposer autre chose, notamment dans l’amitié entre toutes ces jeunes filles.

 

Une exploration de l'amitié féminine et de la sororité, des jalousies aux loyautés, dans le lycée d'une petite ville du Midwest, du point de vue de deux jeunes femmes cheerleaders, amies mais toujours en compétition. Lorsqu'une nouvelle coach débarque dans l'équipe pour leur permettre de passer au niveau supérieur, rien ne va plus se passer comme avant. Et lorsqu'un suicide survient, c'est toute la ville qui va se retrouver chamboulée...

 

Dare Me n’est pas un soap pour adolescent(e)s ni même un drame de petite ville des Etats-Unis comme peut l’être Friday Night Lights (dont l’esprit peut parfois se retrouver dans le premier épisode). On est donc plus en face d’un thriller psychologique qui creuser la personnalité de chacun des personnages petit à petit, et dévoile ses histoires de façon lente en prenant le temps de donner chacun des détails. La série se concentre sur Abby (incarnée par Herizen Guardiola) qui permet d’apporter dès le départ des thématiques à la série et explorer le point de vue d’un personnage vis à vis de l’univers même qui nous est proposé. Elle veut désespérément quitter la petite ville dans laquelle elle est et forcément, c’est elle qui amène les idées de base de la série (notamment l’alcool et la façon dont la série veut en parler). Elle a une amie, Beth (incarnée par Marlo Kelly) qui est la fille d’un riche « connard » de la ville qui a quitté sa mère et elle pour une maitresse. Là aussi il y a un problème qui amène à questionner la psychologie du personnage et apporte de la substance pour la suite de la saison. 

 

Petit à petit, ces deux épisodes permettent alors de comprendre où est-ce que Dare Me veut en venir, notamment à la fin du second épisode. La façon dont chacune des histoires est développée permet de constituer un vrai thriller qui veut creuser la psychologie des personnages à des moments où ils ne sont pas au meilleur de leur forme. Pour le moment je suis fasciné, à Dare Me de me garder dans ses rangs. 

 

Note : 8/10. En bref, jolie entrée en matière. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article